Le Café : rencontre Gbagbo-Affi à Bruxelles. Le FPI peut-il se ressouder ?

oi876

Laurent Gbagbo, ex-chef de l’État ivoirien et fondateur du Front populaire ivoirien (Fpi) en liberté conditionnelle à Bruxelles et Pascal Affi N'guessan son ex-Premier ministre, actuel président du Fpi se sont rencontrés ce week-end en Belgique. Les échanges entre les deux responsables de l'ex-parti au pouvoir (de 2000 à 2011) déroulés les vendredi 3 et samedi 4 janvier à la demande d'Affi n'ont pu être divulgués. Sauf un communiqué laconique rédigé de manière unilatérale deux jours plus tard, soit le 6 janvier, par le camp Affi qui indique que « Les deux personnalités ont fait un large tour d'horizon relativement à l'actualité nationale et à la situation interne du FPI ».  Sans plus. Laissant du coup les militants de leurs deux camps respectifs et toutes les personnes qui s’intéressent au sujet Fpi dans un flou total. Or, on sait que le Fpi est scindé en deux morceaux. Il y a d'un côté le camp Gbagbo appelé ''Gbago ou rien'' (Gor) composé des militants qui refusent toute autre personne à la tête de leur parti à part Laurent Gbagbo et de l'autre, le camp Pascal Affi N'guessan, reconnu par les autorités ivoiriennes. Les animateurs des deux camps se regardent en chien de faïence et il arrive parfois qu'ils en viennent aux mains lorsqu'ils se retrouvent dans un même espace. De plus, le jeudi 21 mars 2019, une rencontre prévue entre les deux personnalités à Bruxelles a échoué face à un préalable auquel le camp Affi a refusé de se soumettre. Il était demandé à l’ancien Premier ministre de reconnaître d’abord dans une déclaration publique, Laurent Gbagbo comme le seul et unique président du parti. Ce qu'Affi N'Guessan n'a pas digéré. « J'ai trouvé l'esprit de cette déclaration, son contexte et son contenu méprisant, insultant et contraire à l'esprit de réconciliation et d'unité du parti qui m'anime. En conséquence, j'ai refusé, j'ai dit "Non" », avait-il dénoncé. Après donc la rencontre des 3 et 4 janvier derniers, non sanctionnée par une déclaration explicite, les interrogations demeurent. Les deux camps peuvent-ils un jour se ressouder ? Bien malin qui répondra à cette question. Mais comme l'a dit autrefois Laurent Gbagbo lui-même : « Le temps est un autre nom de Dieu ». Avec le temps, on saura ce qui a été décidé. Attendons donc de voir.

Bonne dégustation !!!   


Zoodyinga

Pour vos commentaires, éviter, tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée .

Ajouter un commentaire

Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

3 + 1 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.