Le Café

Le Café / Scrutins législatifs : la bataille des générations se prépare...

Soumis par Redaction le mer 23/09/2020 - 21:19
l;;l

 Le mardi 22 septembre 2020, la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) a réceptionné les tout derniers dossiers de candidatures des citoyens désireux de siéger à l'Assemblée nationale du Burkina Faso durant la mandature 2020-2025. A la lecture des différents dossiers enregistrés, tant au niveau des candidats du Mouvement du Peuple pour le progrès (MPP) au pouvoir, que ceux du Congrès pour la démocratie et le Progrès (CDP), de l'ancien chef de l’État Blaise Compaoré, il ressort de manière nette la perspective d'une bataille de génération. Le choix des candidats proposés par ces deux grandes formations politiques serait guidé par des calculs précis. Au sein du MPP, fondé le 25 janvier 2014 et sorti des entrailles du CDP, la préoccupation par exemple la mieux partagée est de faire de la place actuellement aux plus jeunes. Pour les dirigeants du parti de Roch Marc Christian Kaboré qui se sentent acculés ici et là par les populations qui les accusent d'inertie et de ne pas apporter le bien-être attendu, la ''formule magique'' pour conserver le pouvoir d’État à l'hémicycle est de proposer des candidats plus jeunes. Question de dire aux populations que leur message de mécontentement murmuré est perçu 5/5. Le MPP veut donc avoir plus de 55 députés comme c'est le cas depuis le 29 novembre 2015. En face, au CDP de Blaise Compaoré, les dirigeants pensent le contraire. Ils pensent saisir l'occasion des prochaines législatives pour accroître le nombre de leurs représentants au parlement. Mais pour réussir ce pari ils choisissent de présenter des personnes rodées à la gestion des affaires de l’État. Des personnes qui ont géré l’État aux côtés de l'ex-chef de l’État et qui pensent que le Burkina faso a à nouveau besoin d'eux pour relever le pays qui est embourbé selon eux dans les difficultés de tous genres. Ils ont choisi donc de miser sur les personnes d'âges avancés pour se repositionner sur l’échiquier politique burkinabè. Ils se donnent le pari d'aller au-delà des 18 députés que compte leur formation à présent. C'est donc une bataille qui s'ouvre, à l'occasion des élections législatives prochaines, entre la vielle génération d'acteurs politiques et la jeune. Qui l'emportera au terme de ce scrutin qui s'annonce âpre ? A côté d'eux, il ne faut guère ignorer la deuxième force politique à l'Assemblée nationale, qu'est l'Union pour le progrès et le changement (UPC). Au total, wait and see, disent les anglophones.

 

Bonne dégustation !!!   

Zoodyinga

 

Pour vos commentaires, éviter, tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée .

Ajouter un commentaire

Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

9 + 3 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.

Les trois dernières publications