Le Café

Le Café/Acquittement : Joie chez certains, pleurs chez d'autres.

Soumis par Redaction le Jeu 01/04/2021 - 06:54
kl,

Le président de la chambre d'appel de la Cour pénale internationale (Cpi), le juge Chile Eboe Osuji, a lu le mercredi 31 mars 2021, une décision en faveur de l'acquittement de Laurent Gbagbo et son co-accusé Charles Blé Goudé. Face à un appel interjeté par la procureure Fatou Bensouda contre cet acquittement qui avait été prononcé en janvier 2019, le mercredi donc, la CPI a rejeté cet appel et confirmé cette décision d'acquittement. Faisant ainsi de Laurent Gbagbo et son ''ex-ministre de la rue" des personnes définitivement libres. Aussitôt prononcée, cette décision a déclenché une immense joie chez les partisans de l'ex-chef de l'État. C'est par plusieurs milliers qu'ils ont manifesté leur joie dans la soirée du mercredi, dans "les marquis", et autres endroits de plaisir à Abidjan. Dans le même temps, d'autres citoyens, à l'image du président du Collectif des victimes des crises en Côte d'Ivoire (Cvci) Issiaka Diaby, ont trouvé cette décision d'acquittement, injuste. << Pour nous aujourd'hui cette Cpi à laquelle les victimes ont fait confiance, vient de démontrer qu'elle n'est pas compétente. En tant que victimes nous pensons que la Cpi a mis en place une farce judiciaire à travers des manières savamment orchestrées. En prononçant l'acquittement, c'est à se demander si les 3.000 morts de la crise poste électorale ont été tués par un cataclysme...>>. Comme le président du Cvci, d'autres citoyens ont exprimé leur mécontentement. Seulement la seule question qui commence à tarauder tous les esprits après la décision de la Cpi aujourd'hui, c'est, Gbagbo peut-il arriver en Côte d'Ivoire après cet acquittement ? D'autant que l'ex-chef de l'État ivoirien et trois de ses ex-ministres dont son ancien Premier ministre Gilbert Ake N'gbo, ont été condamnés le jeudi 18 janvier 2018 à 20 ans de prison fermes et 329 milliards de fcfa d'amende dans l'affaire du ''braquage" de l'agence nationale de la Bceao à Abidjan pendant la crise poste électorale. Pour certains donc,  une loi d'amnistie que prendrait éventuellement le président de la République, Alassane Ouattara, pourrait sauver celui que ses camarades appellent le "Woody de Mama". Pour l'heure l'incertitude reste entière quant à un retour immédiat de Gbagbo à Abidjan. 

Bonne dégustation !!! 

Zoodyinga

Pour vos commentaires, éviter, tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée .

Ajouter un commentaire

Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

5 + 3 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.

Les trois dernières publications