Le Café

Le Café/Mali : le plus dur commence !

k;k

Salves de tirs en l'air, scènes de ''rodéo'' avec des véhicules à travers les rues, cris de joies et de défiance,...Tout y est passé depuis 48 heures dans les rues de Bamako et à l'intérieur du Mali pour exprimer la victoire arrachée par les armes au Président élu Ibrahim Bobacar Kéïta dit (IBK). Une fois le moment d'euphorie et de joie passé, la réalité implacable d'un pays en pleine crise et géré par une structure de transition va s'imposer aux peuple Malien. Le colonel Assimi Goïta qui a déclaré être à la tête du Comité national pour le salut du peuple (Cnsp) et ses amis qui ont poussé le président élu à la démission le 18 août 2020 et ont pris les commandes du palais de Koulouba, doivent désormais se préparer à faire face aux réalités de la gestion d'un Etat. Surtout un Etat comme le Mali, qui connaît une crise sécuritaire terrible depuis plusieurs années, due aux terroristes qui ont fait du nord du pays leur sanctuaire. Un Etat en période de transition depuis 48 heures, qui devient donc un terrain propice à la pénétration massive des djihadistes, qui pourraient se rendre en masse à Bamako, et réaliser leur projet qui date de près d'une décennie. Le plus dur à régler commence également pour Assimi Goïta, Malick Diaw, Ismaël Wangué, Sadio Camara,… et tous leurs camarades qui gèrent désormais la République du Mali depuis le mardi 18 août 2020. Ils doivent faire face de toute urgence aux sanctions de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cedeao). Depuis le 18 août, la Cedeao a décidé d’asphyxier le Mali, par les mesures suivantes : « Dénie catégoriquement toute forme de légitimité aux putschistes et exige le rétablissement immédiat de l’ordre constitutionnel ; Suspend le Mali de tous les Organes de décision de la Cedeao avec effet immédiat, jusqu’au rétablissement effectif de l’ordre constitutionnel ; Décide de la fermeture de toutes les frontières terrestres et aériennes ainsi que l’arrêt de tous les flux et transactions économiques, commerciales et financières entre les pays membres de la Cedeao et le Mali... » A ceci, l'on peut ajouter les velléités flagrantes en pareilles circonstances, de pillages des fonds de l’État par les nouveaux hommes forts du pays. En réalité, le plus dur commence pour le peuple malien.

Bonne dégustation !!!  

Zoodyinga

 

Pour vos commentaires, éviter, tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée .

Ajouter un commentaire

Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

3 + 3 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.

Les trois dernières publications