Luttes syndicales

CNSS : des agents exigent la démission du directeur général Lassané Savadogo

Soumis par Redaction le lun 19/07/2021 - 16:26
hgd

Les membres de la Coordination des comités CGT-B  de la  CNSS  Ouaga ont tenu  un sit-in  devant le siège de la Caisse nationale de sécurité Sociale à Ouagadougou dans la matinée du 19 juillet 2021, pour disent-ils, exiger l'application des décisions de justice par la direction générale de l'Institution et aussi  dénoncer la «gestion chaotique» de l’institution par le  Directeur Général Lassané Savadogo.

 

Ils étaient au nombre d’une vingtaine de personnes à manifester ce 19 juillet 2021, devant le siège de la CNSS.  Eux, ce sont des agents de la Caisse nationale de Sécurité Sociale mécontents selon eux, de la mauvaise gestion de leur institution par le Directeur général. «L’arrivée de monsieur Lassané Savadogo à la tête de la CNSS a entrainé une hémorragie financière sans pareille au sein de l’institution. Nous sommes sortis ce matin pour prendre l’opinion nationale à témoin sur la gestion chaotique et patrimoniale dont fait preuve notre directeur général Lassané Savadogo» a fustigé d’emblée Seydou Koné, secrétaire général de la coordination des comités CGT-B de la Caisse nationale de Sécurité Sociale. A l’entendre, depuis son arrivée à la tête de l’institution, le Directeur General de la CNSS Lassané Savadogo s’est adonné à une gestion partisane et inéquitable de l’institution à travers notamment la non application de certaines décisions de justice. « Nous demandons sa démission  de la tête de la CNSS » ont martelé les manifestants tout en indiquant que  Lassané Savadogo est admis à la retraite depuis maintenant trois ans et devrait par conséquent passer le relais.   L’une des principales causes de cette manifestation demeure selon Seydou Koné,  le refus du directeur général de mettre en application  les décisions de justice en l’occurrence l’arrêté nº111 du 21 juin 2021 de la cour de cassation.

«En 2018, la Confédération Générale des Travailleurs à travers sa section CNSS a dénoncé un processus frauduleux de recrutement à la CNSS et avait même à l’issu de cette dénonciation déposé des recours un peu partout au niveau du Tribunal de Grande Instance de Ouagadougou et de l’ASCE et aussi une plainte contre X au niveau de la gendarmerie. Ces actions  ont conduit à l’arrestation de certains agents qui ont à notre grande surprise été relâchés et autorisés à prendre service. Heureusement, le processus s’est poursuivi et la cour de cassation à travers l’arrêt nº 111 du 21 juin 2021  a cassé l’ordonnance exigeant leur intégration.  Nous pensons donc que cette décision doit être appliquée à la lettre par le directeur général de la CNSS» a déclaré Seydou Koné secrétaire général de la coordination CGT-B section CNSS.

kl,l

« Les salaires sont bloqués parce qu’il y a des dissensions au niveau du directoire… »

 

Pour le  porte parole des comités CGT-B Ouaga Oumarou Ouédraogo,  l’ application de cet   arrêt  devrait donner  lieu   à une suspension des agents frauduleusement recrutés au sein de la CNSS conformément à la décision de la cour de cassation. Toute chose qui n’a jusque là pas été faite par la direction générale et qui engendre à l’en croire, des conséquences sur la gestion de l’institution.  « La non application de cette décision de justice a des conséquences au niveau de la gestion de l’institution. Il y a un problème lié au fonctionnement qui fait que jusqu’aujourd’hui, les salaires sont bloqués parce qu’il y a des dissensions au niveau du directoire par rapport à la signature des états de salaires. Ce que nous ne comprenons pas c’est qu’il y a certaines décisions qui ont diligemment été appliquées et une autre qui a  été délaissée » a-t-il regretté avant de souligner qu’un autre enjeu se situe au niveau des élections des délégués du personnel. A ce niveau selon ses dires, la mise en application de l’arrêt nº 111 devait engendrer la modification du collège des électeurs des délégués du personnel. Toute chose n’ayant  pas été le cas en raison de la non application de cette décision.  Au regard de ce fait, a-t-il lâché, «nous demandons également l’annulation de ces élections  et la reprise totale du processus après la mise en application de la décision de justice ».

Les manifestants ont par ailleurs  souligné que les manifestations se poursuivront dans les jours à venir, si toutefois leurs revendications ne sont pas prises en compte.

 

Oumarou KONATE-Zoodomail

 

Pour vos commentaires, éviter, tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée .

Ajouter un commentaire

Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

5 + 12 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.

Les trois dernières publications