Luttes syndicales

Coordination CGTB des agents du FSR : pas de trêve, la grève de 96 heures annoncée au niveau des péages est maintenue

i8987

La  coordination de la Confédération générale du travail du Burkina, section des agents du Fonds spécial routier Burkina  (FSR B)  est en grogne et a manifesté cela d'abord par une conférence de presse le jeudi 20 février 2020 afin d'annoncer des mots d'ordre de grève suite à certaines actions qui ont été infructueuses avec les ministères de tutelle que sont surtout celui chargé des infrastructures et par ricochet celui  chargé des finances. 

Là n'est pas encore le problème parce que la coordination explique que cette conférence de presse vient en appui à un préavis de grève qui a été adressé au président du Faso le 03 février dernier, et qui est par ailleurs une suite aux tractations qui ont eu lieu antérieurement, notamment le 09 mai 2019 où des engagements avaient été prises. Parce que le syndicat avait déposé un préavis de grève de 48 heures pour exiger, au sein de la direction générale, entre autres,  l'adoption du statut des statuts du fonds,  celui du personnel, l'octroi des indemnités de caisse, la dotation en carburant. 

Le 23  mai 2019, selon le syndicat, une rencontre a eu lieu avec le ministre Éric Bougouma, ministre de tutelle, parce que les négociations avec le directeur général n'ont abouti à rien. Et le ministre avait instruit celui-ci de poursuivre les discussions pour une issue à l'amiable des préoccupations des agents. 

En résumé, la coordination estime qu'il y'a eu plusieurs tractations afin de régler la crise qui couve au sein du  fonds, mais manifestement il y'a une mauvaise foi quelque part, et donc,  exige, in fine, que la gestion des péages soit l'affaire des agents du fonds et non celle du ministère chargé des finances qui y envoie ses agents pendant qu'il y'a des personnes qualifiées au sein du FSR qui sont aptes à le faire. En tous les cas le syndicat maintient son mot d'ordre de grève qui s'étale du 24 au 28 février parce que même si le ministre de tutelle demande de patienter, c'en est de trop car il y'a au moins des limites à ne pas franchir, même si,  selon le syndicat, il a usé d'assez de patience. Pour dire donc que la grève de 96 heures est maintenue. 

Thierry Kaboré

Pour vos commentaires, éviter, tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée .

Ajouter un commentaire

Vérifions que vous n'êtes pas un robot

1 + 0 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.

Les trois dernières publications