Luttes syndicales

Recrutement de 84 agents de la CNSS: la section CGTB/CNSS veut que «soit annulé purement et simplement ce simulacre de recrutement».

Soumis par Redaction le Jeu 26/11/2020 - 16:54
nm,m

 

La section CGT-B de la Caisse nationale de sécurité sociale a animé une conférence de presse, le jeudi 26 novembre 2020 à la Bourse du travail. Au cours de ces échanges avec les hommes de médias, la CGT-B/CNSS est revenue sur tout le feuilleton qui a eu cours autour du recrutement dit frauduleux des 84 agents de la CNSS avant de déclarer, qu'elle entend poursuivre la lutte jusqu'à l'annulation dudit concours.

Le 16 novembre 2020, le Tribunal de grande instance de Ouagadougou, délibérait en première instance, sur le sort des sept prévenus poursuivis dans l'affaire du recrutement dit frauduleux de 84 agents de la CNSS. Inculpés pour fraude et favoritisme, quatre prévenus ont été reconnus coupables et condamnés. Dont, l'ex-DRH Zeda Norbert, condamné à trente mois de prison ferme, et à une interdiction d'exercer dans la fonction publique pour une durée de cinq ans.

Cependant, ce délibéré appelle à un certain nombre de questionnements selon la CGT-B/CNSS. «Pourquoi la CNSS ne s'est pas constituée partie civile au procès? Quelle est la responsabilité du directeur général de la CNSS?», lance Valian Elie, le porte-parole de la CGT-B/CNSS à la lecture de leur déclaration liminaire.

D'où, il soutient que la CGTB/CNSS «poursuivra la lutte jusqu'au bout afin que soit annulé purement et simplement ce simulacre de recrutement». La coordination des comités CGTB- de la CNSS dit également exiger que cesse, la gestion mafieuse de la CNSS et au-delà, de toutes les sociétés d'Etat, et que toutes les décisions soient prises à l'effet d'infliger une sanction exemplaire à toutes les personnes qui sont impliquées dans le recrutement frauduleux conformément aux textes en vigueur au Burkina.

Se disant par ailleurs, satisfaite de ce premier aboutissement, la section CGT-B estime toutefois, que le combat n'est pas terminé. Par conséquent, elle a appelé, la justice à situer la responsabilité de monsieur Lassané Sawadogo, actuel directeur général sur le recrutement frauduleux des quatre-vingt quatre agents de la CNSS.

Des recommandations, les représentants de la CGT-B/CNSS en ont également formulées à l'endroit du président du Faso et au gouvernement. Notamment, celle-ci, que désormais, un appel à candidature soit lancé pour les recrutements des directeurs généraux de la CNSS. Du reste, la coordination des comités CGT-B de la CNSS affirme que la lutte engagée est la lutte de tous les travailleurs Burkinabé et les interpelle à ne pas regarder «brader» les cotisations sociales de tous les travailleurs du Burkina.

Samiratou OUEDRAOGO

Pour vos commentaires, éviter, tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée .

Ajouter un commentaire

Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

3 + 1 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.

Les trois dernières publications