Luttes syndicales

Rencontre gouvernement/syndicats : le mot du président de mois des centrales syndicales

Soumis par Redaction le mar 20/07/2021 - 08:02
opil

《Excellence monsieur le Premier ministre,

Mesdames et messieurs les ministres et membres de la délégation gouvernementale,

Monsieur le Président du Conseil National du Patronat Burkinabé,

Camarades secrétaires généraux et membres de la délégation de l’UAS,

Mesdames et messieurs les hommes et femmes de presse,

L’Unité d’Action Syndicale (UAS) salue la tenue enfin de la rencontre annuelle Gouvernement/Syndicats, cadre d’expression par excellence du dialogue social dans notre pays. Faut-il le rappeler, la présente rencontre se tient quatre (4) années après la tenue de la dernière en date.

Comme nous l’avons dit dans le message que nous avons adressé au ministre de la fonction publique du travail et de la protection sociale à l’occasion du 1er mai 2021, l’état du dialogue social dans notre pays est très déplorable. Nous avons régulièrement formulé des récriminations sur l’absence de suites aux demandes d’audience et autres correspondances de l’UAS, la non tenue de la rencontre Gouvernement/Syndicats depuis 2017, la non-tenue de la commission mixte paritaire de négociation salariale du secteur privé depuis la première session en 2012, la non convocation de la commission nationale du SMIG.

Le comble du manque de considération à l’égard de l’UAS, s’illustre par la gestion de la programmation de cette rencontre Gouvernement/Syndicats. Après moult rendez-vous manqués, il nous a été annoncé par correspondance qu’elle se tiendrait avant fin janvier 2021. Ce à quoi nous avons répondu en accusant réception tout en demandant à être prévenu quelques jours avant. Non seulement, nous n’avons pas reçu de réponse à notre courrier, mais pire, les semaines et les mois se sont succédé jusqu’en juin, avant que le gouvernement ne daigne nous situer sur la tenue de la rencontre.

Une autre marque du déficit du dialogue social, c’est la très faible implication des organisations syndicales de travailleurs dans l’élaboration et l’adoption de textes qui vont les régir. C’est le cas de l’élaboration des textes d’application de la loi 081 sans concertation préalable avec l’UAS. Pourtant, dès août 2020, nous avions dû adresser au ministre de la fonction publique, du Travail et de la protection sociale une lettre de protestation et demander que ‘’ l’UAS soit associée à l’adoption de ces textes d’application d’une loi qu’elle a œuvré à faire aboutir’’.

Tout dernièrement, vous nous avez fait parvenir des arrêtés déjà signés relatifs à des préoccupations soumises depuis des années par l’UAS tels que le check off et les retenues pour fait de grève.

Parallèlement à cette panne du dialogue social, le gouvernement s’est illustré par des attaques récurrentes contre les droits et acquis des travailleurs : tentative de remise en cause du sit-in, licenciements abusifs de militants et responsables de l’APN, révocations de militants et responsables du SNAID, suspension des salaires de plus de 700 agents, coupures abusives et sauvages des salaires, affectations arbitraires, traduction du secrétaire général de la CGT-B en conseil de discipline, refus d’exécuter des décisions de justice, etc.

Excellence monsieur le Premier ministre,

Mesdames et messieurs les ministres,

Au-delà des questions liées au dialogue social et aux conditions des travailleurs, nos organisations syndicales et leurs militants, restent préoccupés par le développement de l’insécurité dans notre pays. L’UAS salue et félicite l’action des Forces de Défense et de Sécurité (FDS) et des Volontaires pour la Défense de la Patrie (VDP) malgré le manque de moyens auquel ils sont confrontés sur le terrain. Nous relevons toutefois la multiplication des attaques terroristes et des embuscades avec leur cortège de morts et de déplacés internes, l’occupation de nombreuses localités par les groupes terroristes, la présence de forces étrangères sur notre territoire, l’impunité qui couvre de nombreux crimes économiques, les augmentations de prix de nombreux produits de grande consommation ces derniers mois, etc. Toutes ces questions impactent négativement le quotidien des populations en général et des travailleurs en particulier.

C’est le lieu pour nous de saluer et d’interpeller encore une fois le gouvernement sur la nécessité de prendre en considération et de façon appropriée ces différentes préoccupations. Aussi nourrissons-nous l’espoir que les échanges que nous aurons au cours de cette rencontre aboutiront à des conclusions qui d’une part renforcent le dialogue social, d’autre part apportent des réponses satisfaisantes aux préoccupations des populations en général, des travailleurs en particulier.

Ouagadougou, le 19 juillet 2021

Le porte-parole de l’UAS

Abdoulaye Ernest OUEDRAOGO

Président de mois des centrales syndicales》

Pour vos commentaires, éviter, tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée .

Ajouter un commentaire

Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

9 + 1 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.

Les trois dernières publications