Devant le tribunal

Détournement de produits agricoles à Dédougou :le procureur requiert 15 mois de prison contre le préfet

Soumis par Redaction le mar 26/02/2019 - 18:30
dess

Le procureur du Faso près le tribunal de grande instance de Dédougou, ville située à 248 kilomètres au nord-ouest de Ouagadougou a requis au cours du jugement le 25 février dernier, 15 mois d’emprisonnement avec sursis contre le préfet de la localité Emile Hien, accusé de détournement de biens publics, d’enrichissement illicite et d’incitation à la commission d’infraction. Le préfet de cette ville par ailleurs chef-lieu de la région de la Boucle du Mouhoun était poursuivi avec 9 autres personnes pour détournements de deniers publics, enrichissement illicite, escroquerie et incitation à la commission d’infraction. Le verdict est attendu le lundi 4 mars 2019.

Les débats ont été longs au palais de justice de Dédougou, province du Mouhoun. 9 personnes dont le préfet de la ville Emile Hien étaient au départ dans le box des accusés. Elles répondaient des faits de détournements de deniers publics, d’enrichissement illicite, d’escroquerie, d’incitation à la commission d’infraction. Un témoin a été au cours du procès poursuivi pour complicité de détournements portant à 10 le nombre total des personnes poursuivies dans cette affaire dans la cité de Bnakuy. Les faits remontent au début de la campagne agricole 2018-2019 dans le cadre d’un projet du ministère de l’Agriculture pour soutenir les initiatives des producteurs et éleveurs. L’affaire est partie de plaintes des bénéficiaires de la zone de Soukuy regroupant 12 villages de la commune de Dédougou. Une commission de réception et de distribution de l’engrais, des intrants et des bœufs subventionnés au profit des producteurs a été mise en place. Le préfet de Dédougou et les 9 autres membres des commissions de réception et de distribution auraient détourné ou exigé le paiement de sommes d’argent afin d’attribuer les produits. En plus du préfet, les autres accusés sont des agents de la direction provinciale de l’agriculture, de l’Elevage, d’un Garde de la sécurité pénitentiaire, de la chambre régionale de l’agriculture et du conseil national de la jeunesse. Selon un journaliste du journal L’express du Faso sur place à Dédougou, tous les accusés ont reconnu les faits sauf le préfet. Ce dernier nie. Après plus de 7 heures d’échanges, le procureur du Faso près le Tribunal de grande instance de Dédougou a requis l’acquittement pour ceux qui sont poursuivis pour complicité et des peines d’emprisonnement allant de 12 à 15 mois avec sursis. Les accusés seront fixés sur leur sort le lundi 4 mars 2019. Jour du verdict donné par le président du tribunal.

Henry BOLI

Ajouter un commentaire

Vérifions que vous n'êtes pas un robot

1 + 4 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.

Pour vos commentaires, éviter, tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée .

sni long

Les trois dernières publications