LECHAT !

Culture en temps de crise : victime collatérale

Soumis par Redaction le Jeu 10/01/2019 - 14:13
dbn

Certains philosophes et autres acteurs avisés ont défendu l’importance et la prédominance de la culture dans toute société. Acteurs que nous sommes également, devront continuellement nous atteler à ce que, dans les faits, la culture occupe la place qui est sienne.

Car, s’il y a un domaine qui est relégué au second plan, c’est bien celui de la culture. La culture, comme le disent certains tout net, c’est ce qu’on fait quand on n’a plus rien à faire. Et l’exemple des activités culturelles dans notre pays le Burkina Faso, semble le matérialiser. Dès qu’il y a une moindre attaque, une illustration patente, les journées culturelles sont réduites de 24 à 12 heures voire mêmes annulées. Les conséquences des couvre-feux à durée indéterminée en témoignent (quand l’Etat les décrète). Elles ne permettent pas de faire l’essentiel des activités culturelles.

Le dernier cas en date, est les 30, 31 décembre 2018 et 1er décembre 2019 où plus de 70 artistes y compris toute la chaine qui gravite autour de l’industrie musicale, a été pris au dépourvu. Les organisateurs d’événements sont purement et simplement restés chez eux. Pendant que tous les commerces, les entreprises, les miniers, les fonctionnaires, les stations d’essence, les mécaniciens, les vulcanologues même les chambres de passe et auberges fonctionnaient à merveilles et se faisaient même des records en terme de bénéfices.

C’est plutôt l’ensemble du secteur de la culture qui est paralysé. Les dédicaces d’œuvres littéraires, musicales et autres sont soit annulées ou reportées aux dates ultérieures. Les concerts et représentations théâtrales subissent également le même sort. Ipso facto, toutes les activités relevant de la culture sont annulées. En ce moment, la culture n’existe plus. Certains vont même jusqu’à vilipender un Ministre qui passe placidement ses congés dans un pays voisin en assistant à un concert. Tout simplement parce qu’il devrait faire profil bas.

Pourquoi à chaque fois qu’il y a des échauffourées barbares, C’est la culture qui paie les pots cassés ? Même à la télévision et à la radio, les émissions culturelles sont généralement mises en veilleuse, au profit de nouvelles émissions et de l’actualité.

Pourtant, l’action culturelle contribue à façonner un milieu favorable à la réalisation des objectifs politiques. C’est ce que certains pourraient appeler le «pouvoir doux», qui consiste à obtenir par la persuasion séductrice, les résultats positifs, que l’on ne pourrait jamais atteindre par la violence ou la force. En matière d’éducation à la citoyenneté, la culture de défense peut apparaître comme un moyen de réponse et de survie.

C’est en cela que nous devrions nous atteler. Sinon à quoi donc a servi notre slogan «Restez debout ! » ?

La promotion de la diversité culturelle dans les politiques nationales et internationales favorise l’inclusion et l’équité sociales. Les politiques et activités qui prennent en compte la culture et ont conscience de ses enjeux, sont à même de donner des résultats équitables et de permettre l’inclusion. Les projets ayant la culture pour moteur ont démontré leur efficacité pour remédier à la violence, notamment chez les jeunes.

Donc de grâce, encouragez plutôt les acteurs culturels à œuvrer dans ce sens, notamment, en développant plus les industries culturelles pour atténuer la colère et la souffrance des familles éplorées.

L’auteur sénégalais Oumar Sall disait ceci : «L’art, par la force et la valeur de l’expression symbolique qu’il engage, peut atténuer, pour beaucoup, la violence et les traumatismes de la guerre. Il est alors important que la création artistique tienne compte du contexte culturel qui a généré cette violence pour espérer atteindre la mémoire blessée des survivants. »

Réfléchissons plutôt, comment devons-nous mettre à profit notre culture pour élaborer des politiques et initiatives inclusives et équitables pour répondre conséquemment à ses ennemis de la paix. Car, plus nous nous apitoyons sur notre sort, plus ils s’en sentiront vainqueur.

LECHAT !

Ajouter un commentaire

Vérifions que vous n'êtes pas un robot

8 + 7 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.

Pour vos commentaires, éviter, tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée .

sni long

Les trois dernières publications