Devant le tribunal

Devant le tribunal : « Elle me trompait et on s’est séparés, sinon je ne lui doit pas 2 800 000 FCFA »

Soumis par Redaction le mer 13/02/2019 - 21:54
divr

Dame Kouanda M. a assigné son ex concubin, Ouattara O., devant le tribunal civil sis au Tribunal de grande instance de Ouagadougou, ce mercredi 13 février 2019, pour paiement d’un supposé emprunt portant sur la somme de 2 800 000 FCFA.

Selon la plaignante, sieur Ouattara lui doit la somme de plus de 2 millions FCFA, somme qu’elle a empruntée auprès de ses parents  pour aider celui-ci à construire sa maison. Elle déclare que Ouattara lui a donné en garantie une moto d’une valeur de 750 000 FCFA, qu’elle détient toujours.

Outre  cela, il se trouve, dans le dossier de plainte, la décharge d’une somme de 100 000 FCFA, que Ouattara aurait signé en lui remettant une avance sur ledit emprunt.

 

Les faits relatés sont réfutés carrément par  Ouattara. Il explique de prime abord que dame Kouanda et lui ont fait 10 ans de vie commune ensemble et ont deux enfants. Dans leur vie de couple, chacun contribuait pour la famille. Il n’a jamais été question d’un prêt entre eux. Il explique que la raison de leur rupture est pour cause d’adultère, parce que dame Kouanda le trompait.

Par ailleurs, la moto qu’elle dit être une garantie n’en est pas une, car dame Kouanda a demandé l’engin pour une course et l’a ensuite gardée par devers elle, refusant de la lui rendre. Ouattara explique qu’il l’a appelée à plusieurs reprises pour prendre la moto  afin de déposer leurs deux enfants à l’école, puisque dame Kouanda est venue lui rendre les bambins, mais celle-ci refuse.

 

Concernant la décharge en question, Ouattara raconte que dame Kouanda est allée voir un de ses oncles, Toé S. et expliqué qu’il lui devait de l’argent, alors que c’est faux. L’oncle, qui a voulu calmer ses ardeurs, lui a remis la somme de 100 000 FCFA, et sur la décharge, c’est la signature de celui-ci qui y figure. Ouattara signale au président du tribunal que ce n’est pas du tout la sienne.

 

Ouattara explique en outre que quand Kouanda a contracté son prêt, elle s’est acheté une moto. Le reste, il ne sait pas ce qu’elle en  fait. Quant à la construction de la maison, il l’a fait de ses propres moyens, sans l’apport de quiconque. 

 

Dame Kouanda n’est pas d’accord pour la non-reconnaissance de la dette. Elle explique que lors de l’entrevue avec Toé S., oncle de Ouattara, il lui a expliqué celui-ci a promis que le reste sera payé suivant les fonds communs que son service lui verse. Elle s’étonne que Ouattara se rebiffe ensuite, à la barre.

 

 

L’avocat de Ouattara, pour sa part, estime qu’il n’y jamais eu d’emprunt, car aucun document ne l’atteste. Il estime surtout que c’est par esprit de vengeance que cette procédure est faite, parce que lorsque dame Kouanda vivait sous le même toit que Ouattara, il n’a jamais été question de rembourser quoi que ce soit.

Pour voir clair dans cette affaire, le président du tribunal a trouvé mieux de convoquer l’oncle de Ouattara, sieur Toé S., afin que celui-ci vienne expliquer ce qu’il est de la décharge, cela ce 06 mars 2019…

 

Claire Lebœuf

Pour vos commentaires, éviter, tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée .

Ajouter un commentaire

Vérifions que vous n'êtes pas un robot

9 + 7 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.
sni long

Les trois dernières publications