Opinions

Bernard KABORE : « Amnésie ou refus de tirer leçons du passé ? »

uytf

Les bbè st-il amnésiques dc incapables de se souvenir du passé ou refusent- ils simplement de tirer leçons de leurs propres expériences ? comment ne pas se poser cette question qd on jette un bref coup d’œil dans le rétroviseur de notre histoire récente ?et que l’on s’arrête précisément sur deux dates qui concernent la capitale dc le pays tout entier : celle de mai 2003, jour ou le grand marché de Ouagadougou fut ravagé par un bien mystérieux incendie ;et celle du 1er septembre 2009 jour ou une bonne partie de la ville se retrouva à l’improviste sous les eaux. A propos de l’incendie de roodwoko, s’il l’on ne se souvient pas avec exactitude des racines du mal, tout le monde par contre se rappelle parfaitement de l’état de désordre inqualifiable dans lequel baignait le marché avant l’incendie ; mais en dépit des multiples mises en gardes, les occupants des lieux, en l’occurrence les commerçants, s’étaient montrés intraitables :ils ne voulaient pas de qq tentative de remise en ordre que ce soit, avec comme argument à la bouche cette protestation inlassablement répétée »: « laisser nous chercher notre pain quotidien ! » comme si on ne pouvait pas exercer son commerce dans un milieu ordonné ! mais cette réticence insensée perdura jusqu’à ce fameux jour de l’incendie. A la pensée de leurs marchandises et parfois des fortes sommes d’argent cachées dans les hangars consumés par les flammes, combien de commerçants, traumatisés, ne se st jamais plus relevés, quand, de désespoir, ils ne se st pas laissés mourir en silence dans leur coin ? Allez le savoir ! près de 20 ans après, question : est-ce que les occupants des lieux ont tiré les leçons du désastre de 2003 ? faites un tour à Roodwoko et vous vous rendrez vite compte que les mauvaises habitudes sont entrain de reprendre le dessus : des étals squattant les allées et les couloirs, couloirs eux-mêmes encombrés, bref, rood wooko est entrain de redevenir, lentement mais surement ce qu’il fut jadis : un incroyable carfanaum bientôt ingérable ; dc question : a-t-on tiré des enseignements du passé ? Apparemment non ! 2è halte dans ce voyage - retour vers le passé : la date du 1er septembre 2009 : souvenez-vous : c’est ce jour-là qu’une bonne partie de la capitale bbé se retrouva noyée sous une incroyable pluie diluvienne de plus de 300 mm. 10 ans plus tard , surprise ! mauvaise surprise !on dirait bien que les mauvaises habitudes qui ont favorisé ce malheur sont en train de revenir au galop : zones d’inondations tjs plus que jamais habitées, canalisations de jour en jour plus remplies de sachets et de détritus divers, certains en se gênant pas de profiter de la noirceur de la nuit pour vider le contenu de leurs toilettes dans les caniveaux ; et que dire de ceux qui, toute honte bue, ont revendu les parcelles à eux attribuées suite aux ’inondations et qui sont retournés dans leurs anciens lieux d’habitation ! si fait que lorsque les premières pluies de cette année ont commencé, évidemment, à faire encore des sinistrés, le maire, excédé ne s’est pas embarrassé de circonlocutions pour les gronder, appuyé par le ministre en charge de la solidarité; des coups de colère tout à fait justifiés ! de toute évidence, c’est clair : aucune leçon n’été tirée de ces deux traumatismes : les uns ( les commerçants du grand marché) , les autres ( les victimes des inondations) semblant ou faisant semblant d’avoir oublié que les mm causes produisent les mm effets ; en tout temps et tout lieu. dans tous les cas une chose est sure : si rien n’est fait pour briser ce signe indien qui semble nous poursuivre, il n’y a rien de rassurant pour les défis à relever au présent et pire encore pour ceux à venir

 

Bernard KABORE

Pour vos commentaires, éviter, tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée .

Ajouter un commentaire

Vérifions que vous n'êtes pas un robot

1 + 5 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.

Les trois dernières publications