Opinions

Les violences conjugales

tr64

D’abord ces deux histoires à faire dresser les cheveux sur la tête : un jeune mari, mécontent du fait que sa jeune femme enceinte n’ait pu lui préparer son repas, se jette sur la pauvresse, s’assoit sur son ventre, la roue de coups et la laisse morte, elle et son bébé à naitre ! autre lieu autre ménage : mécontente de son époux qu’elle trouve devenu volage et fâché que ce dernier n’ait pas voulu accomplir son devoir conjugal, une femme, d’un coup sec, tranche au couteau, le pénis de son époux ! deux scènes qui pourraient servir, n’est -ce –pas, comme premières images d’un film d’horreur. il s’agit pourtant de deux faits divers authentiques dont l’un s’est passé ici et l’autre dans un pays voisin. Deux tristes histoires qui nous amènent en plein dans la problématique des violences conjugales. Un fléau aux dimensions planétaires, raison pour laquelle une journée a été consacrée par la communauté internationale jnée de lutte contre les violences conjugales. De quelque côté du monde où l’on se penche les statistiques sont loin de rassurer : 137 femmes assassinées en France pour l’année en cours, une femme sud - africaine sur quatre violentée, une femme agressée chaque heure au Brésil, on pourrait continuer le triste décompte ; une récente étude démontre qu’ici au Faso le fléau touche pratiquement toutes les provinces avec un détail curieux : les hommes en sont également victimes donc vite ! une association des hommes battus du Faso. Plus sérieusement cette question : Quelles sont les raisons des violences conjugales ? une émission - débat de plusieurs heures serait mieux indiquée mais pèle -mêle on peut en survoler quelques aspects: parmi les plus fréquentes il y a de nos jours et en bonne place les hâtives formations de jeunes couples qui, n’hésitent pas à foncer à la vitesse grand v vers la mairie pour se passer joyeusement la corde au cou. tant pis si les tourtereaux se sont rencontrés il n’y a pas longtemps !,tant pis si les familles respectives n’ont pas été consultées, tant pis si le couple ne sait pas de quoi il compte vivre. Autre raison : la jalousie ! quand bien même on dit qu’il n’y a pas d’amour véritable sans jalousie, quand ce sentiment atteint une certaine dimension il devient un poison hautement toxique qui finit par engendrer des zones de haute turbulence. Autre agent causal non moins fréquent : les difficultés de communication entre les deux éléments du couple.on pourrait ajouter bien d’autres explications comme l’influence des mauvaises copines de Mme tout comme les innombrables faux amis de Mr, la consommation excessive d’alcool si ce n’est de stupéfiants, l’action néfaste des nombreux parents tentant de se mêler de tout ou tout au moins d’intervenir sur tout, le stress consécutif à la précarité de l’emploi des jeunes gens, l’absence d’apport de la jeune femme aux dépenses du foyer, ou à l’opposé quand Mme gagne bien plus que Mr, bref bien longue est la liste des racines du mal. Le problème c’est que les violences conjugales se déroulent dans le champ clos de l’intimité des foyers et des familles et qu’elles constituent des pénibles tranches de vie que l’on s’efforce de garder dans un secret absolu, convaincu ou tout au moins espérant que ça ne se reproduira plus. ce sur quoi malheureusement l’on se trompe souvent car il ne faut pas plus que quelques mois à certains couples pour que l ‘amour fiche immédiatement le camp par la fenêtre aussitôt que la pauvreté aura frappé à la porte ; c’est alors que les bisous sonores font place aux gifles tout aussi sonores précédées de violentes disputes et suivies de bagarres à la grande satisfaction du voisinage jamais rassasié de pareils spectacles. Peut- on en finir avec les violences conjugales ?difficile de répondre à cette question touchant à un mal apparemment aussi vieux que le monde? la psychologue Karidia Dramé Sinka dans un livre récemment publié propose des pistes de solutions à commencer par et c’est le titre de son ouvrage au propos courageux et au contenu riche en enseignement à commencer par rompre le silence. Pourquoi ne pas tenter cette thérapeutique contre un fléau aussi ravageur ?

Bernard KABORE

Pour vos commentaires, éviter, tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée .

Ajouter un commentaire

Vérifions que vous n'êtes pas un robot

4 + 1 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.
sni long

Les trois dernières publications