Opinions

"Partir puis revenir "

LOJ

Cette affirmation est de feu le Président Sangoulé Lamizana. Une réflexion énigmatique qui concerne essentiellement le petit monde très fermé de ceux qui ont eu la chance et l’honneur d’exercer le pouvoir au plus haut niveau de leur pays, c’est-à-dire les chefs d’Etat. Erreur ou pas, quelques -uns de nos présidents ont tenté la démarche qui se résume à la question suivante : « comment partir puis revenir » ? dans deux pays voisins notamment : le Mali et le Bénin ; à Cotonou où feu le Président Mathieu Kérékou, après l’inédite conférence nationale de son pays en 1990, avait dû céder le fauteuil présidentiel à Nicéphore Soglo haut fonctionnaire international dans le rôle du pompier de la dernière chance pour un Bénin depuis si longtemps en panne avec l’infructueuse politique de marxisme léninisme à la béninoise de Kérékou. La classe politique béninoise qui s’était majoritairement coalisée pour faire élire Soglo qu’il voyait comme un messie ne tarda pourtant pas à déchanter et à exprimer sa déception. Conséquence : la même classe politique se re -coalisa pour ramener daredare Kérékou au palais présidentiel de la marina.Au Mali, on peut dire que ATT, Amadou Toumany Touré a suivi le mm chemin à sa façon ; après avoir renversé Moussa Traoré puis présidé à une transition qui se conclut par l’élection de Alpha Konaré au pouvoir, ATT se retira sagement, mais non sans pincement de cœur, certainement atteint par le virus de la chose. Il passa donc les 2 mandats de Konaré à préparer son retour en créant une ONG avec laquelle il ne se lassât pas de visiter jusqu’au village le plus reculé du Mali ; avec succès puisque, démocratiquement élu à la fin du 2è mandat de Konaré, ATT retourna sur les hauteurs de la colline du pouvoir dominant Bamako et s’installa de nouveau confortablement au palais de Koulouba.Parcours quelque peu similaire pour respectivement Didier Ratsiraka de la lointaine Madagascar, Denis Sassou Ngesso du Congo Brazzaville et Bernardo Veira de Guinée Bissau. Ces départs suivis de ces retours au pouvoir ont connu bien évidemment des fortunes diverses. le pire des cas étant certainement celui de Bissau qui connut un épilogue des plus dramatiques puisque Vieira finit par être assiégé puis horriblement massacré dans son palais par une meute de soldats mécontents.AA Partir puis revenir est -ce vraiment une bonne idée contrairement à la conviction du Président Lamizana? une question que se posent beaucoup de burkinabè après un petit morceau de phrase tiré d’une lettre de l’ancien locataire de Kos Yam aux responsables de son parti et que l’Observateur Paalga, a appelé avec beaucoup d’inspiration et un peu d’exagération, » l’épitre de st Blaise à ses apôtres « ; missive dans laquelle le président d’honneur du CDP demande à ses militants de resserrer les rangs car dit- il « d’autres combats sont à venir ».Quels combats ? peut- on se demander ? A l’image de ses prédécesseurs Kérékou, ATT et Sassou partis puis revenus au pouvoir, Blaise serait-il à son tour tenté? Ce qui a marché à Cotonou, à Bamako et à Brazzaville peut- il marcher à Ouaga ? l’homme de Cocody aurait- il des nuits hantées par un rêve, celui, de revenir à la maison à défaut de revenir dans la maison, la formule est du REO national ? Revenir à la maison c’est –à -dire au pays et revenir dans la maison c’est-à-dire à Kos Yam) ?ou bien son intention serait-elle tout simplement de déposer ses valises à Ziniaré pour jouir enfin d’une retraite paisible ? vous le constatez avec moi : beaucoup, beaucoup de questions qui en appellent beaucoup d’autres ! quoiqu’il en soit, pour le savoir, il suffit de patienter puisque 2020….. c’est déjà demain.

Bernard KABORE

Pour vos commentaires, éviter, tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée .

Ajouter un commentaire

Vérifions que vous n'êtes pas un robot

8 + 2 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.

Les trois dernières publications