Politique

Pr Mamoudou Hama Dicko, président de la NAFA : "La lutte continue, et le combat politique est continuel."

Soumis par Redaction le dim 28/03/2021 - 23:05
fc

Camarades, militantes et militants de la Nouvelle Alliance du Faso (NAFA), Chers sympathisants, Mesdames et Messieurs les représentants des partis politiques, Mesdames et Messieurs, chers honorables invités,

 

Je voudrais à cette occasion, rendre grâce à Dieu qui, dans son infinie bonté nous donne l’heureuse opportunité de nous rassembler ici en ce jour 27 mars 2021, jour marquant l’ouverture du deuxième Congrès (du latin congressus, rencontre, Étymol. «réunion de plusieurs personnes ») ordinaire de la Nouvelle alliance du Faso. Jour historique, parce que consacrant une étape décisive dans le processus de consolidation de notre parti politique. L’endroit est aussi historique car c’est ici que la NAFA a été le 31 Janvier 2015. Je rends hommage à tous les membres fondateurs du parti et qui sont restés fidèles et loyaux au parti.

Aussi, je me fais l’agréable devoir de vous exprimer mes chaleureuses salutations et remerciements à chacun d’entre vous, pour avoir répondu massivement présent à cette rencontre tant attendue pour échanger nos idées et repartir sur des nouvelles bases.

Camarades, militantes et militants, venus de toutes les régions, provinces, communes, secteurs ou village de notre pays, je voudrais à cette occasion vous féliciter pour votre courage, votre loyauté, votre engagement ferme, votre patience et votre endurance, autant de vertus cardinales qui vous ont toujours habité, gage de votre fidélité à la NAFA.

 

Camarades, militantes et militants,

 

Je remercie Dieu de la présence de nombreux militants de la NAFA, notamment des cadres de hauts niveaux et des jeunes, des femmes, des notables, et des personnes ressources.

Chers camarades, compagnons de départ et les nombreuses personnes qui nous ont rejoint en cours de route, sachez que la NAFA que vous avez porté et que vous continuez de porter, par vos efforts inlassables, votre détermination, votre engagement constant, vous sera à jamais reconnaissante. Je dois, en cette occasion solennelle, vous féliciter, vous remercier et vous rendre tout l’hommage que vous méritez, après un si long parcours combien fastidieux et même éprouvant.

Cependant, sachez que vous n’êtes pas au bout du chemin. La lutte continue, et le combat politique est continuel.

Je voudrais, à présent, me tourner vers nos distingués invités et représentants des partis amis qui nous ont fait l’honneur et l’amitié de venir communier, avec nous, à l’occasion de ce deuxième Congrès ordinaire de la NAFA. Je salue la présence des partis de l’opposition comme de la majorité à ce congrès. Je n’ai de mots que de vous dire merci car votre présence doit toujours nous rappeler qu’au-delà de l’aspect de la conquête du pouvoir, notre idéal à tous est d’œuvrer pour la paix, la stabilité et la construction du Burkina Faso.

C’est pour cette raison que notre parti, n’a cessé de promouvoir la justice, la paix, le dialogue social et la réconciliation afin de conforter notre cohésion et notre unité nationales.

 

Fort de tout, nous ne pouvons tenir ce Congrès sans rendre hommage au Président du Faso, Son excellence Roch Marc Christian Kaboré pour avoir fait montre de clairvoyance et de patriotisme en engageant le Burkina Faso vers la voie de la réconciliation nationale. Nous profitons de cette occasion pour lui adresser nos sincères félicitations et lui réaffirmer notre soutien sans faille.

 

Par son adhésion à la majorité présidentielle, la NAFA marque de ce fait, son engagement à soutenir le Président du Faso pour la réalisation de son programme politique en faveur du bien être de tous les burkinabè et pour sa ferme volonté à œuvrer pour l’unité nationale, la cohésion sociale, la paix et la sécurité au Burkina Faso. Le MANIFESTE du parti a été revisité pour se conformer à cette nouvelle donne.

 

Camarades, militantes et militants,

Nous ne pouvons tenir aussi ce congrès sans avoir une pensée pour le Général Djibrill Yipené Bassolé en soin présentement à Paris. C’est le lieu pour moi, et l’ensemble des militants de lui rendre hommage pour son œuvre en faveur de notre parti, mais aussi de lui témoigner notre solidarité dans ces moments difficiles. Nos vœux les plus chers, est qu’il puisse nous revenir rapidement en bonne santé afin de d’apporter sa pierre et son expérience en faveur du Burkina Faso.

Vous aurez l’occasion dans les instants qui suivent, de découvrir son message aux congressistes et aux burkinabè à l’occasion de notre Congrès.  

 

Camarades, militantes et militants,

Camarades, militantes et militants, l’occasion nous est donnée pour ce deuxième Congrès de faire une analyse critique et objective des trois années de fonctionnement de notre parti et d’en dégager des perspectives pour une NAFA plus forte au service du Burkina Faso. Comme vous le savez, ce Congrès se tient dans un contexte politique, socio-économique et sécuritaire extrêmement préoccupant notamment avec la crise liée à l’épidémie du Coronavirus et des attaques terroristes.

C’est pourquoi nous avons retenu le Thème : « Paix et stabilité socio-économiques du Burkina Faso: qu'elles contributions de la NAFA ?».

 

 

La paix et la stabilité sont une des conditions sine qua non pour le développement économique et social d’un pays. L’instabilité est un facteur d’enlisement et de non développement qui bloque le progrès social et humain au contraire.

De même, un pays où règne l’insécurité n’est pas propice au développement.

Nous devons réfléchir ensemble sur comment préserver la paix et la stabilité socio-économique dans notre pays.

 

Lors de ce congrès enfin, vous aurez la lourde tâche chers militants de revisiter les textes fondamentaux du parti, de faire son bilan et d’énoncer des nouvelles perspectives. Il s’agira aussi de rénover les instances dirigeantes du parti. Ce sont là des tâches essentielles de vos travaux, car il s’agira de choisir des hommes et des femmes capables de propulser au plus haut les idéaux et les objectifs de notre Parti, avec une ardeur et un élan suffisant pour nous permettre de remporter des victoires futures.

Camarades militantes et militants, je voudrais, avant de terminer mon allocution, demander une minute de silence pour rendre hommage à un homme politique burkinabè qui vient de nous quitter. J’ai nommé SOUMANE TOURE.

                  Je vous remercie !

Je vous souhaite à prendre le ferme engagement à travailler à ratisser large pour rassembler le maximum pour rendre notre Parti plus uni, plus homogène, plus fort et plus compétitif.

C’est sur cette note d’espoir et de vœux de plein succès à nos travaux que je termine mes propos.

Je vous remercie !!!

 

Pour vos commentaires, éviter, tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée .

Ajouter un commentaire

Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

6 + 3 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.

Les trois dernières publications