ZoodoIntimité

Comment aborder une femme dans la rue ?

bhr-

Il est tout à faisable d'aborder une fille dans la rue, ce qui est délicat, c'est de le faire correctement. C'est-à-dire d'une manière qui permette de:

- surmonter le plus rapidement possible la méfiance initiale (et toute naturelle) de la fille, en la rassurant, sur le fait qu'on n'est pas une menace.

- de lui donner des raisons de s'interrompre pour échanger avec nous (même brièvement) et y prendre plaisir, afin qu'elle réalise que, contexte mis à part, on est le genre de garçon ( sympa, intéressant, sociable, agréable), qu'elle prendrait plaisir à revoir

Par ailleurs, l'exercice est délicat et demande un vrai talent relationnel; raison pour laquelle:

- les plus «décents» préfèrent généralement ne pas s'y risquer, par peur d'être jugés, par peur de déranger et par peur de se faire rejeter dans ce contexte qu'ils savent naturellement défavorable.

- les moins courtois, les sauvages y pullulent : eux n'ont pas la retenue et les scrupules: mais du coup, leur manque d'éducation et d'intelligence sociale font d'eux de quasi agresseurs, comme peuvent en témoigner tant de femmes.

Tous ces harceleurs de rue, font oublier que les échanges fortuits et agréables sont possibles, mais ils le sont, assurément. Il faut simplement surmonter les aprioris négatifs et la méfiance initiale, et bien prendre soin d'être le plus rassurant dans sa façon de faire et d'être.

Pour cela, différentes choses peuvent aider:

- plus l'image du garçon est valorisante ( aux yeux de la fille, et selon ses critères), plus cela joue à sa faveur

- sa façon de parler, de s'exprimer, mais aussi les éléments non verbaux de la communication : posture, gestes évocant une certaine douceur,  plutôt que de l'agressivité et une volonté d'envahir l'espace de l'autre

- démontrer des qualités sociales et rationnelles ( humour, préférences mutuelles, culture, éducation, intégration sociale, réussite personnelle, aisance avec les femmes et avec les inconnus d'une manière générale,...)

- et évidement sur le plan "technique", une bonne empathie et une parfaite compréhension de ce qu'il faut faire et dire pour atténuer le plus possible la méfiance de l'autre et la rassurer sur le fait que non, " on n'est pas un toxico ou un violeur en cavale"

- y parvenir demande une vrai intelligence et sociale et rationnelle ( ainsi que sacré dose d'audace et de courage, car oser faire cela en public malgré le poids du regard des autres et sachant les risques de rejet de la part de la fille n'est pas à la portée de tous, surtout des garçons les plus éduqués et civilisés à qui on apprend tout jeune à ne pas se faire remarquer).

 

Dr SOME

Pour vos commentaires, éviter, tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée .

Ajouter un commentaire

Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

1 + 0 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.

Les trois dernières publications