Actualités associatives

Social : l’Association Orthopédique du Faso(AOF) dispose désormais d’un centre de rééducation fonctionnelle

lytr

Créée depuis 2001, l’Association Orthopédique du Faso(AOF) a fait du bien-être des personnes vivant en situation de handicap son leitmotiv. Depuis sa création jusqu’à nos jours, plus de 20 000 personnes ont bénéficié de ses services. Cette fois, l’association à but social,  grâce au soutien de l’Ambassade d’Australie (d’une valeur de 20millions de FCFA), vient de se doter d’un centre de rééducation fonctionnelle. L’inauguration du nouveau joyau a eu lieu le vendredi 14 février  2020 à leur siège sis à Silmissi non loin de Toles-Yaar à Ouagadougou, sous la présidence du Professeur Jean Marc Yaméogo, en compagnie de Victor Sorgho, Président de ladite association, mais également des membres, sympathisants et de nombreux invités.  

Victor Tarbala Sorgho, président de l’AOF, technicien orthopédiste, exerce le métier depuis une cinquantaine d’années. C’est au regard de la situation difficile des personnes vivants avec un handicap au Burkina que le célèbre orthopédiste burkinabè, connu pour son altruisme et son don de soi démesuré, mettra en place  avec des amis en 2001 cette association, afin  d’apporter son soutien à cette frange de la population, souvent laissée à elle-même.          

 « Nous profitons de l’occasion pour remercier l’Ambassade d’Australie au Burkina Faso résident  à Accra de nous avoir soutenu. Au paravent, nous avons aussi eu d’autres soutiens venant de la Fondation Liliane pour le centre d’accueil et aussi pour l’équipement de notre atelier. Nous profitions de l’occasion pour dire merci à tous ceux qui de part et d’autre nous ont soutenu depuis la création  de notre association jusqu’à présent », exprimera Victor Sorgho à l’entame de son discours lors de cette cérémonie d’inauguration. Aujourd’hui, précisera-t-il, «nous  avons eu un appui de l’Ambassade d’Australie en tant que ancien étudiant de l’Australie et ancien boursier, d’une valeur de plus de 20 millions de FCFA pour réaliser ce centre de rééducation».

Le Professeur Jean Marc Yaméogo de l’Université de Ouagadougou, orthopédiste,  parlant au nom du Haut-Commissaire de l’Australie pour l’Afrique de l’Ouest avec résidence au Ghana, a quant à lui  soutenu que cette nouvelle structure est le fruit de l’amitié entre les peuples et nations auxquelles ont souscrit le Burkina Faso. «C’est le fruit de l’engagement des anciens étudiants burkinabè en Australie pour le développement de leur pays. C’est le fruit de la solidarité entre les membres de l’AOF éprouvés par la maladie et le handicap, de l’amour  et de la vocation d’un homme pour le travail qu’il fait, Monsieur Sorgho Victor, appelé affectueusement Docteur Sorgho par les patients », a-t-il ajouté.

C’est pour cette raison, soutient le Professeur, que le Haut-commissariat de l’Australie a donc bien voulu soutenir cet amour et cette vocation de Victor Sorgho à travers ce fonds d’aide directe, parce que, dira-t-il «  ce projet d’équipement du centre orthopédique de l’AOF poursuit un objectif noble et humaniste, à savoir le soulagement de la souffrance des hommes et des femmes ».

 

Condition d’accès aux soins

Le centre de l’AOF est actuellement composé de trois compartiments. Il y a un centre d’accueil pour les gens qui viennent de loin, un atelier orthopédique, et maintenant ce qui réunit aujourd’hui,  le centre de rééducation fonctionnelle. Ce centre, explique Victor Sorhgo, n’est pas uniquement réservé aux personnes en situation de handicap, mais on peut, souligne-t-il, traiter tout le monde, tous ceux qui ont des courbatures, ou qui veulent développer leurs muscles… « Nous avons les tapis roulants et biens d’autres outils pour se faire. Aussi, nous faisons aussi des massages généralisés pour tous ceux qui en ont besoins », va-t-il ajouter.  

 

g66

Quelles sont les conditions d’accès ? « Ici, nous consultons gratuitement parce que nous sommes une association à but social et humaniste.  Pour les massages, nous essayons de demander 1500 FCFA pour les petits enfants et 3000 FCFA pour les adultes ; et même parfois nous les prenons en charge gratuitement, parce que ce n’est pas tout le monde qui a les moyens pour les soins orthopédiques », a clarifié le Président de l’OAF.

Cette cérémonie a été riche en couleurs avec la prestation d’un artiste de renom tel que «Ali Ponré 1er »,  quelques témoignages des bénéficiaires du centre, le tout ponctué par de belles sonorités d’un Orchestre. Ce jour était également l’anniversaire de Victor Sorgho. Le « bon vieux » a maintenant  70 ans ce 14 février !

Hermann Guingané

Pour vos commentaires, éviter, tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée .

Ajouter un commentaire

Vérifions que vous n'êtes pas un robot

1 + 0 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.

Les trois dernières publications