Conseil des ministres

Synthèse du conseil des ministres du 03 juillet 2019.

Soumis par Redaction le mer 03/07/2019 - 20:27
nnk

Le Conseil des ministres s’est tenu à Ouagadougou, ce mercredi 03 juillet 2019 sous la présidence du Président du Faso, SEM Roch Marc Christian Kaboré. Il a délibéré sur les dossiers inscrits à son ordre du jour et entendu des communications orales.

Selon le porte-parole du gouvernement, Rémis Fulgance Dandjinou, concernant le ministère en charge de l’Education nationale, il a été présenté au conseil la stratégie pour la prise en compte des établissements ayant eu un niveau de cours suffisamment avancé pour qu’on puisse organiser des sessions de rattrapage. « Elle va permettre de prendre en compte des cours supplémentaires pour les examens spéciaux au primaire et au secondaire et cette stratégie va concerner plus de 2000 élèves », a indiqué le porte-parole du gouvernement.

Au titre du ministère de l’Economie et du développement, le conseil a adopté des autorisations de ratification d’accords signés le 10 mai 2019 entre le Burkina Faso et l’association pour le développement international (IDA). Il y a deux rapports relatifs aux centres d’excellence en Afrique pour améliorer la qualité de l’enseignement supérieur. Il y a un troisième accord qui est un appui financier qui va toucher l’amélioration de la gestion des ressources naturelles, des reformes budgétaires et l’amélioration des fournitures en service de santé. Les trois accords sont d’un montant de 78 milliards de FCFA.

Concernant le même département ministériel, le porte-parole du gouvernement a indiqué que le conseil a évoqué la réduction du train de vie de l’Etat. « Nous avons regardé les 14 mesures qui avaient été annoncées par le MINEFID. Certaines d’entre elles ont commencé à être mises en œuvre par les différents départements ministériels, tels que les questions de carburant, de gestion de missions. D’autres mesures nécessitent la prise de décrets et des directives ont été données pour une accélération de celles qui n’ont pas encore connu de mise en œuvre effective », a précisé Rémis Dandjinou.


Au titre du ministère en charge des Postes, le conseil a adopté un décret portant adoption du schéma directeur d’aménagement numérique du Burkina Faso. Il a quatre orientations stratégiques : étendre la couverture en haut débit fixe et mobile, abaisser la barrière tarifaire, favoriser le développement de contenus et renforcer la formation au métier du haut et du très haut débit. Ce schéma directeur est prévu pour dix(10) ans avec 2019 comme année de départ. Le financement est assuré par le budget de l’Etat et les opérateurs privés.


COMMUNICATION ORALES

-En termes de communications orales, la ministre de la Santé, Claudine Lougué, a fait le point des mouvements sociaux depuis le mois d’avril dans son département. « Nous avons fait au conseil une communication relative aux mouvements sociaux au sein du ministère et nous avons reçu des orientations. La première orientation est de rassurer les populations que le gouvernement travaille à l’amélioration de leur état de santé et c’est dans ce sens que la loi sur la fonction publique hospitalière a été adoptée en décembre 2016 et son opérationnalisation est toujours en cours », a affirmé Mme Claudine Lougué.

Elle a rassuré que les protocoles d’accord qui ont été signés entre le gouvernement et ses partenaires sociaux constituent un passif que le gouvernement s’attelle à apurer. « Mais comme nous l’avons dit aux partenaires, à l’apurement du passif, il peut y avoir des goulots d’étranglement et des difficultés », a souligné la ministre de la Santé.

Et d’ajouter que le 27 juin dernier, elle a rencontré les partenaires sociaux pour expliquer ce que le gouvernement a entrepris de faire et ce qui est en train d’être fait. « Nous leur avons fait l’état d’avancement des protocoles d’accord de 2017 et 2018 et avons souhaité que vu que nous sommes en train de travailler sur ces protocoles d’accord, il serait bon que les différents mouvements sociaux en cours soient arrêtés afin que le gouvernement puisent travailler sereinement », a-t-elle déclaré. Au terme de la rencontre, a poursuivi Mme Lougué, le Syntsha a demandé à consulter sa base. Mais malheureusement, un groupe de syndicats (4 syndicats) est entré en grève depuis le 30 juin, déplore-t-elle.

Au nom du gouvernement, Mme Lougué a appelé les différents syndicats à à privilégier le dialogue pour lever les goulots d'étranglement afin que les populations ne continuent pas à souffrir de l’absence de prise en compte de leur problème de santé.
Selon Claudine Lougué, le gouvernement doit également évaluer le montant du passif relatif à l’opérationnalisation de la fonction publique hospitalière et le faire personne par personne, tout en sachant que le ministère de la Santé compte plus 30 000 agents.

-Sur le lancement de moustiques OGM, le porte-parole du gouvernement a indiqué que les ministres (enseignement Supérieur, Santé et recherche scientifique) ont garanti que tout a été fait dans le respect de la santé des populations et des lois en vigueur (notamment la loi sur la biosécurité). Il a été demandé aux ministres en charge de la question de communiquer pour expliquer aux populations de quoi il s’agit afin de lever toutes les doutes concernant cette opération.


DCPM/Ministère de la communication
et des relations avec le parlement

Ajouter un commentaire

Vérifions que vous n'êtes pas un robot

7 + 10 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.

Pour vos commentaires, éviter, tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée .

sni long

Les trois dernières publications