Devant le tribunal

Des faux billets introduits exprès par un caissier de maquis dans ses recettes

mo

Ousmane P. est gérant d'un maquis de la place. Il est poursuivi pour des faits d'usage de faux, avec pour complice Bakienga N. Ils en répondaient des faits devant le Tribunal de grande instance de Ouagadougou, le 19 mai 2020. 

 

Pathétique, tout de même, cette affaire. Ousmane P. est caissier dans un grand maquis de la place. Il est en charge de recevoir les sommes que lui versent le gérant qui se trouve au comptoir et qui encaisse les sous des serveuses. 

Il se trouve que Ousmane fait ensuite la connaissance d'un certain K. Karim, qui lui propose un deal. Et ce deal est que celui-ci glisse des faux billets dans sa caisse, et en retour, il recevra la moitié de la somme frauduleuse. 

Ousmane accepte. Il use ainsi de ce stratagème, et les choses vont bon train. En l'espace d'un mois, il réussi à introduire la somme de 160 000 FCFA dans ses recettes. Le propriétaire du maquis finit par se rendre compte qu'il y a des lots de faux billets qu'il encaisse, et en fait cas au deuxième prévenu, Bakienga. 

Celui-ci va en parler à son tour à Ousmane avec qui il reverse l'argent, et celui-ci confesse son acte et lui promet de lui donner 5 000 FCFA si toutefois il taisait les choses. Trois jours après, c'est le jour de paie. Le patron de la boîte fait alors cas des faux billets introduits dans ses recettes et refuse de payer Ousmane qui doit recevoir 60000 FCFA comme salaire. Celui-ci se confesse et reconnait qu'il a  usé d'astuce pour glisser des faux billets dans son argent. Il explique qu'il a connu un certain Issa qui lui a proposé l'affaire, contre la moitié du montant des faux billets qu'il va introduire dans sa recette, soit 50%. 

Ousmane, qui avait par ailleurs commencé à travailler rien que 5 à 6 mois après, se retrouve ainsi pris dans ses arnaques, pendant qu'il confie qu'il a passé un bout de temps à râler dans Ouagadougou sans avoir de travail. Son complice, Bakienga, qui n'a pas dénoncé les choses, se voit ainsi poursuivi pour complicité. Le procureur a requis contre les deux  la peine de prison de 7 ans et une amende de 7 millions avec sursis. Le tribunal, in fine, a condamné Ousmane à la peine de 05 ans dont un an ferme et une amende de 05 millions avec sursis. Bakienga s'en tire avec une peine de 12 mois de prison et 01 million FCFA avec sursis. 

Image illustrative

Sam C

Pour vos commentaires, éviter, tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée .

Ajouter un commentaire

Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

4 + 11 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.

Les trois dernières publications