Devant le Tribunal /Affaire sorcellerie : il tient mordicus que les fétiches ne mentent pas et que tout est clair

cdeza

Nous sommes en l'an 2013. Le mari de dame Z.  Monique tombe malade. Il est l'epoux de deux femmes en résumé. Il explique aux uns et aux autres que sa mort est une oeuvre de sorcellerie émanant de sa première épouse. Plus tard,  il appelle ses frères, dont Wongo,  le premier en titre des 4 prévenus à la barre, et des proches, pour ensuite reporter cette affaire de sorcellerie sur sa deuxième épouse qui est Monique. 

Il avait cependant donné des consignes à ses frères pour que celle-ci quitte le village avant son décès. Monique est ensuite convoquée par lesdits frères dans la famille de son mari qui lui disent qu'elle est l'auteure de sorcellerie qui risque de coûter la vie à son mari selon les confidences de celui-ci et donc,  il va falloir d'abord aller consulter les fétiches qui vont y voir la vérité.  Étonnée de cette accusation, elle accepte aller chez le féticheur afin que les choses soient claires. Des poulets sont ainsi égorgés et selon les les accusateurs,  tous les poulets sont retombés pattes en l'air, ce qui démontre que Monique est vraiment responsable de cette affaire de sorcellerie qui pèse sur son mari et donc doit quitter le village sinon elle serait battue à mort. 

 

Elle quitte le village avant la mort de son mari et va demeurer chez son père. Après que le mari décède en 2014, elle a eu entre-temps un concubin qui essaie de revenir vers le village de Beguedo où Monique vivait pour négocier son retour parce que depuis lors,  soit plus de 06 ans,  elle est toujours à Kombissiri chez ses parents. Les frères du mari le menacent à son tour de le tuer si toutefois il insiste et promettent réserver le meme sort à Monique qui est prévenue d'avance comme persona non grata depuis la mort du mari. 

C'est donc après avoir passé 06 ans hors de chez elle qu'elle décide de porter plainte chez le procureur en 2018 afin que justice lui soit rendue parce qu'elle ne connaît rien en ce qui concerne la sorcellerie et prie DIEU ne pas le savoir de toute façon, selon ses dires au tribunal. 

Sieur Wongo, le grand-frère du défunt, tient cependant mordicus que les fétiches ne mentent pas et que tout est clair, et ne s'en tient qu'aux directives de son défunt frère. Toute chose qui irrite le procureur parce qu'il ne comprend pas comment l'on peut exécuter des desiderata de personnes défunts. Il a tenu à être rassuré que si toutefois Monique revenait au village, elle ne serait pas victime de mal,  mais Wongo raconte que tout dépend de ce que les choses seront parce que les fétiches ne mentent pas.  Les trois autres prévenus n'y voient cependant aucun inconvénient parce qu'ils n'ont pas de problème avec la victime. 

 

Selon cependant l'avocat de Monique, il est clair que si toutefois celle-ci retourne dans ce village, il est évident qu'elle va en pâtir pour cet affront.  D'où donc la constitution de partie civile pour la somme de 30 millions FCFA comme dommages et intérêts. Le procureur requiert pour sa part la peine de prison de 36 mois dont 24 fermes ainsi qu'une amende de 500 000 FCFA contre les quatre prévenus, le verdict du Tribunal est attendu.

 

Image illustrative

Sam C

Pour vos commentaires, éviter, tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée .

Ajouter un commentaire

Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

1 + 3 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.