Devant le tribunal

Devant le tribunal: ...ces actes financent le terrorisme, réplique le procureur.

Soumis par Redaction le mar 05/03/2019 - 06:24
trz

K. Harouna était devant le Tribunal de grande instance de Ouagadougou ce 28 février 2019, pour répondre de faits de refus d'obtempérer et de contrebande.

 

En effet, le prévenu a été intercepté pour trafic de médicaments illicites en août dernier.

 

Selon ses explications, il est allé voir sa tante à Cinkansé, à la frontière du Togo et du Burkina. Un commerçant le voit et lui propose des médicaments illicites qui peuvent lui procurer des bénéfices. Il achète donc les produits, et selon lui, c'était à destination du Mali voisin. Les produits sont achetés à hauteur de 500 000 FCFA, selon le prévenu, pour être revendus à 750 000 FCFA.

 

Il quitte Cinkansé, passe par Pouytenga où il fait une pause, et reprend la route de Ouagadougou.

 

C'est donc là qu'il a été arrêté. Il raconte qu'il est un vendeur de vêtements prêts-à-porter.

 

Le douanier Issaka K...

 

Le gabelou Issaka K, pour sa part, explique qu'en fait, Harouna est un habitué des fraudes douanère et n'est pas à son premier forfait.

Car il avait une Toyota Avensis avec laquelle il faisait ses fraudes, et comme il a su qu'il a été repéré, il l'a échangé contre une Toyota Highlander (Ph d'illustration).

 

Le douanier Kaboré explique que c'est un indicateur qui leur a filé la nouvelle, si bien que plus tard, le même indic leur informe que Harouna a quitté Cinkansé et arrive à Ouagadougou. Un dispositif est mis en place, pour le cueillir sur la route Ziniaré-Ouagadougou.

 

Sur cette voie se trouve également une brigade de gendarmerie, mais aussi un tronçon qui peut permettre de faire le contour. Le douanier explique que dès qu'ils ont aperçu l'indélicat, après avoir vérifié sa plaque d'immatricualtion, ils l'ont suivi.

 

Le Douanier Nassirou T était au volant du véhicule, et tous les deux occupants étaient en tenue civile.

 

Ils poursuivent donc le véhicule de Harouna, qui leur fait un signe de clignotant pou leur dire qu'ils peuvent le dépasser. Les douaniers arrivent à son niveau, et lui intiment l'ordre de s'arrêter en lui montrant leur carte.

 

C'était aux environs de 22 heures.

 

Harouna, qui se sent démasqué, appuie alors sur le champignon de son véhicule et fait du plus de 150 km à l'heure. Les douaniers le poursuivent, avec prudence bien-sûr, afin de ne pas le percuter par l'arrière.

 

Harouna coupe ensuite ses phares, et va de plus belle...

 

Les douaniers, voyant que l'affaire était devenue compliqué, usent du dernier recours en tirant sur sa roue avant.

 

Même avec cela, celui-ci a le temps de parcourir plus de 3 Km et, c'est aux environs de l'Abattoir frigorifique de Ouagadougou qu'il va percuter un terre-plein et se retrouver les quatres fers en l'air.

 

Après le tonneau, et que les riverains viennent l'aider à sortir du véhicule, il se permet encore d'inciter les populations à en découdre avec les douaniers, parce que ce sont des gens qui veulent l'assassiner.

 

Un militaire avait cependant suivi les actions depuis lors et avait suivi les deux véhicules. Il arrive, trouve que les douaniers avaient déjà présenté leur papiers, et c'est le même militaire qui appelle la Brigade anti-criminelle pour venir appréhender le contrebandier Harouna, qui est conduit au commissariat de l'Arrondissement de Nongre-massom.

 

Cela après avoir vidé le véhicule de son contenu qui contenait plus d'une demi tonne de médicaments prohibés, et dont la valeur est estimée à plus de 21 millions FCFA...

 

L'agent judiciare du trésor réclame le quadruple de la valeur des marchandises, selon les textes de loi, ainsi que la confiscation du véhicule de Harouna au profit des Douanes.

 

Le procureur, après avoir rabroué l'indélicat, dit que ces actes sont de ceux qui financent en partie le terrorisme, car ceux-ci vivent du narco-trafic, et donc, c'est une manière de les soutenir, sans oublier les firmes qui volent la propriété intellectuelle des pharmaciens. Il a requis contre lui la peine de 60 mois de prison ferme et le paiement de la somme de 108 millions de FCFA représentant la somme de 6 millions pour le véhicule et le quadruple des produits saisis qui sont de 21 millions FCFA...

 

Affaire mise en délibéré pour ce 14 mars 2019...

 

Claire Leboeuf

Ajouter un commentaire

Vérifions que vous n'êtes pas un robot

2 + 0 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.

Pour vos commentaires, éviter, tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée .

sni long

Les trois dernières publications