Devant le tribunal

Devant le Tribunal /Coups et blessures volontaires: à 32 ans, Sougri nooma se dispute avec ses sœurs pour du «babenda» et bat son père

Soumis par Redaction le mar 19/01/2021 - 22:38
bhb

Sougri nooma est accusé d'avoir battu et blessé son père pour une histoire de «babenda». Il comparaissait devant le TGI de Ouagadougou le 18 janvier 2021 pour coups et blessures volontaires sur ascendant mais également de dégradation volontaire de trois téléphones portables.

La trentaine bien sonnée, Sougri nooma explique à la barre, que ce jour de 16 novembre 2020; de retour à la maison, il s'est aperçu que ses sœurs avaient cuisiné du «babenda» mais n'avaient pas reservé sa part. «J'ai demandé calmement à ma sœur, pourquoi elles avaient mangé le «babenda» sans m'en donner? Mais elle a pris ça sur le ton de la bagarre et m'a mal répondu », déclare-t-il. Une réponse qui a mis Sougri nooma en colère et l'a poussé selon ses dires, à prendre des téléphones portables de marque Iphone qui étaient en charge dans la chambre, y jeter par terre.

Suite à cette scène, Monsieur Ilboudo informé de l'incident familial rentre à son tour à la maison très remonté contre son fils Sougri nooma. «Quand mon père est rentré, il a commencé à me frapper sans chercher à comprendre. C'est après ça, quand la police est venu m'arrêter qu'ils ont dit que j'ai frappé mon père». Une explication que poursuit Sougri nooma en soutenant qu'il n'a aucunement porté la main sur son géniteur. Mais comment justifie-t-il la main meurtrie de son père et visiblement bandée. A cela, le prévenu répond que c'est peut-être au cours de l'altercation qu'il s'est blessé sinon lui, il ne l'a pas battu.

Ce n'est pas vrai, témoigne pourtant Monsieur Ilboudo. Il a bel et bien été battu par son fils. Certificats médicaux en main, il assure qu'il y'a eu des empoignades entre lui et son fils et que ce dernier lui a porté plusieurs coups. Et d'ajouter, « rien que deux jours avant ces événements, il a cuisiné dans sa chambre manger, sans donner ni à ses sœurs ni à moi son propre père. Alors, quand j'ai appris qu'il s'était disputé avec ses sœurs parce qu'elles ont mangé sans lui donner, ça m'a mis en colère».

Des déclarations qui poussent, le Tribunal à lancer à Sougri nooma cette question. Vous n'avez pas honte de vous disputez à 32 ans avec vos sœurs pour de la nourriture? Il lui est également rappelé que la loi burkinabè punit sévèrement le fait de battre ses géniteurs.

M. Ilboudo pour sa part affirme ne rien réclamer, il plaide plutôt pour que son fils ne soit pas condamné. Mais pour le procureur, les faits sont suffisamment graves et requiert que Sougri nooma soit condamné à 24 mois de prison, plus une amende de 500 000 francs, le tout ferme.

Des réquisitions suivies par le Tribunal qui a déclaré le prévenu coupable. En répression, il est condamné à une peine de 24 mois de prison, une amende de 500 000. Le tout ferme.

Image illustrative

Florentin TAPSOBA

Pour vos commentaires, éviter, tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée .

Ajouter un commentaire

Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

1 + 1 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.

Les trois dernières publications