Devant le Tribunal : le «margouillat de la mairie» de l'arrondissement...

Soumis par Redaction le lun 13/09/2021 - 22:29
piouiy

M.S, la cinquantaine comparaissait devant le TGI de Ouagadougou 01 le 10 septembre 2021 pour répondre des faits d'escroquerie portant sur la somme de plus de 4 millions. Il aurait fait  croire à toute une famille qu'il pouvait leur obtenir 4 réserves foncières dans l'arrondissement 9 moyennant cette somme.

A la barre, M. S, qui se présente comme démarcheur de parcelle nie pourtant tout ce qui lui ai reproché. Il dit avoir clairement expliqué aux victimes, 3 personnes, qu'il pouvait simplement monter des dossiers d'obtention de réserves foncières en leur nom auprès de la mairie. «Dans une demande on peut avoir ou ne peut pas avoir», fait entendre par ailleurs M. Sankara pour se justifier qu'il ne leur avait donné aucune assurance quant à la réussite sa démarche.

Toutefois il reconnaît avoir bien pris de l'argent avec la famille. 3 800 000, estime-t-il en tout. «Et où est allé l'argent?», ne peut s'empêcher de lui poser le Tribunal. A cette question M. Sankara avec grand peine parle de photocopies qu'il a effectuées, de références de terrain qu'il a dû rechercher.

«Et qu'en est-il des déclarations selon lesquelles vous auriez demandé 750 000 pour remettre au chef de service et au directeur chargés de traiter les dossiers?» demande le procureur à M. S. Ce dernier nie vivement avoir jamais tenu de telles déclarations, il soutient avoir utilisé tout l'argent pour «marcher» et entreprendre les démarches.

Mais tout de même finit par affirmer le prévenu à un moment, «tu es obligé de toquer une porte et demander à ce qu'on vérifie les papiers».  

Cette étape passée, le procureur intrigué cherche à savoir comment M. S espérait obtenir à lui seule 4 réserves foncières au sein d'un même arrondissement. «C'est la chance», lâche le mis en cause avec un sourire. Il ajoute qu'il a auparavant aidé au moins 7 personnes à acquérir de cette manière des réserves foncières.

«C'est un des margouillats de mairie (...) Ces gens là contribuent à entacher l'image de l'administration et compliquent notre travail», s'offusque le procureur

Du reste, il relève qu'en ce qui concerne l'affaire actuelle, il a réussi à obtenir une réserve foncière à usage de jardin au profit de la famille qui a porté plainte contre lui. «C'est eux qui ont refusé. Ils ont dit qu'ils voulaient pas de jardin, qu'ils voulaient y mettre leur nom et morceler vendre», précise le prévenu.

Qu'à cela ne tienne, pour le procureur M. S n'est plus ni moins qu'un de ces «margouillats de la  mairie». Entendu par là toutes ces personnes qui sont autour des administrations publiques et qui se proposent comme intermédiaires auprès des usagers. «Ces gens là contribuent à entacher l'image de l'administration et compliquent notre travail. Ils vont demander 10 fois le prix d'un service aux usagers et faire croire que c'est l'administration qui est ainsi», s'offusque le procureur.

Aussi, a-t-il requis que M. S soit reconnu coupable et condamné à 36 mois de prison, plus une amende d'1 million, le tout ferme, estimant qu'il n'y avait aucun doute sur sa culpabilité.

La partie civile, elle, a réclamé un dédommagement de 4 585 000.

Le verdict est attendu le 24 septembre 2021.

Image illustrative

 

Florentin TAPSOBA-Zoodomail

Pour vos commentaires, éviter, tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée .

Ajouter un commentaire

Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

2 + 15 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.

Les trois dernières publications