Jeannette et les 39 millions du PPI

gby6

Après plusieurs renvois,  le procès PPI contre dame B.  Jeannette à eu lieu le mercredi 05 février 2020 au Tribunal de grande instance de Ouagadougou. Il lui est reproché des faits d'abus de confiance sur la somme de plus de 39 millions FCFA.

Voici une dame qui a passé plus de 16 ans au sein du Projet production internationale (PPI) et le procès à duré plus de 07 heures d'horloge. Tellement les détails étaient assez délicats à saisir par le Tribunal. Pour en venir aux faits, dame Jeanette est aide-comptable au sein de PPI.  Elle est en charge de gérer les versements des clients, entre autres tâches qui lui sont dévolues. Étant donné qu'elle est chef-comptable déléguée, elle avait en sa possession un coffre-fort où elle déposait les versements perçus ainsi que d'autres sommes d'argent dont des versements de certains employés qui ont acheté des véhicules en vente aux enchères au sein de la boîte et qu'ils réglaient par mensualité. 

Les choses sont allés de mal en pis pour Jeannette lorsqu'elle a constaté qu'au sein du coffre-fort, il y a des pertes d'argent. Elle ne veut cependant pas informer sa hiérarchie et bouchait les trous à sa manière en jonglant. Une stratégie qui sera de courte durée parce qu'a force de déshabiller Paul pour habiller Pierre ou vice versa, les choses sont allés de mal en pis. 

Car la société  à constaté un certain manquement dans la gestion de la trésorerie. Puisqu'il se trouve que des trous sont rebouchés après. C'est donc en connaissance de cause que la société va essayer de voir clair et va chercher à contacter tous ceux qui semblent lui devoir. Une première personne est contactée par des agents commis à cet effet et celui-ci est désolé de se voir rappeller à l'ordre alors qu'il avait réglé sa facture pour un montant de plus de 300 000 FCFA. Un autre client est aussi contacté pour la somme de plus de 800 000 FCFA alors qu'il avait honoré ses engagements.

 

Dans les débats, il ressort surtout que le coffre-fort dont elle avait la charge n'était pas contrôlé par elle seule parce que son supérieur hiérarchique avait non seulement le code mais aussi la clé dudit coffre.  Outre cela, il se trouve aussi que d'autres personnes avaient eu accès au dit coffre. Par ailleurs,  quand elle est allée entre-temps en congés, il n'y a pas eu de passation entre elle et la personne qui l'a remplacée. Donc,  le coffre-fort avait donc accès par plusieurs personnes qui en possédaient le code. 

 

Si le procureur estime que Jeanette est coupable d'abus de confiance parce qu'elle est garante des sommes qui lui ont été confiées et qui n'ont pas pu être représentées, et à requis la peine de prison de 24 mois et une amende de 3  millions FCFA contre elle, ainsi que la partie civile qui estime que le préjudice dépasse la somme de plus de 39 millions FCFA, la défense de la prévenue estime cependant qu'il y a un doute parce que pour une personne qui détourne de l'argent, elle ne va pas chercher à boucher les trous car ce serait insensée. La défense estime pour sa part que les responsabilités sont partagées, d'autant plus que plusieurs personnes avaient accès au coffre-fort cela à l'insu de la hiérarchie, sinon quand les choses ont été découvertes et que tout soit mis à nu.  Le délibéré est pour ce 12 février 2020...

 

Sam C

 

Pour vos commentaires, éviter, tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée .

Ajouter un commentaire

Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

15 + 3 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.