Devant le tribunal

Le faux visa canadien...

CFR

Accusé d'escroquerie et de complicité de faux, B. Razackou répondait devant le Tribunal de grande instance de Ouagadougou, vendredi 19 juin 2020.

C. Aziz et S. Inoussa, les plaignants accusent B. Razackou de leur avoir extorqué la somme 4 millions et livré de faux papiers pour le Canada. Appelé à la barre, B. Razackou plaide non coupable. Il a juste voulu les aider à leur demande à obtenir des visas auprès d'un certain N. Ablassé. Il est étudiant au Quatar et c'est suite à ses congés au Burkina, que C. Aziz et S. Inoussa l'ont approché pour lui demander si il pouvait les aider à aller au Canada pour travailler. «Je leur ai dit que personnellement, je ne pouvais pas grand chose pour eux, mais que je connais une personne qui peut les aider», affirme B. Razackou à la barre. Et cette personne qui peut les aider est N. Ablassé qu'il appelle communément "Ladji".

Ce dernier qui ne résidait pas au Burkina au moment des faits est contacté au téléphone par B. Razackou à qui il dit être prêt à fournir les papiers à ses amis si ils disposent de la totalité des frais qui est de 4 millions. S. Inoussa et C. Aziz confie ne pas disposer de la totalité mais qu'ils peuvent payer par tranche. Ce que B. Razackou plaide auprès de Ladji qui accepte. Avec une première avance de 300 000 francs versée par les victimes, les démarches pour l'obtention de passeports, de visas et de cartes séjours sont enclenchés. B. Razackou devant repartir entre temps pour poursuivre ses études au Quatar, il charge ses frères d'acheminer le reste des 4 millions que doivent C. Aziz et S. Inoussa à Ladji. C'est à son absence que les papiers seront faits et livrés aux plaignants. Il assure par ailleurs, que sa seule participation a été d'être un intermédiaire avec Ladji pour faciliter les choses à ses amis. «Je ne savais pas qu'en voulant aider j'aurai des soucis», regrette-t-il.

Du Népal, C. Aziz sera expulsé

Des propos que ces amis n'entendent pas du même oreille. Ils ont été bernés. «Après avoir payer les 4 millions et reçu les papiers, B. Razack m'a assuré que du Sénégal, je pourrai aller à Madrid puis en Equateur et enfin au Canada», explique C. Aziz. Mais ce ne fût pas le cas, car du Sénégal via un contact de Ladji, un billet du Népal lui sera coupé. Et c'est au Népal qu'il sera bloqué et expulsé au Sénégal parce que ses papiers étaient faux. Du Sénégal, il regagnera finalement le bercail grâce aux concours de ses parents.

Pour son réquisitoire, le procureur s'étonne que B. Razackou n'est pas mis directement en contact ses amis avec le nommé Ladji plutôt que de jouer l'intermédiaire. De plus,  relève le procureur, le prévenu savait en tout état de cause qu'en procédant ainsi, ce n'était pas la voie légale pour obtenir un visa. D'où il accuse B. Razack d'être entièrement coupable des faits qui lui sont reproché. Il requiert à son encontre deux ans de prison ferme et une amende d'1 million de francs.

Pour sa part, le tribunal relaxe B. Razack pour les faits d'escroquerie au bénéfice du doute. Mais le reconnaît coupable de complicité de faux et le condamne à trois mois de prison et une amende de 850 000 francs avec sursis.

Image illustrative

F .TAPSOBA

 

 

Pour vos commentaires, éviter, tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée .

Ajouter un commentaire

Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

1 + 2 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.

Les trois dernières publications