Devant le tribunal

Licencié parce que sa "bouche est trop salée"

mrt

Devant le tribunal du travail vendredi 12 juin, R. Silga intentait un procès contre son employeur L. Charles. Il reproche à ce dernier de l'avoir licencier verbalement et sans aucun motif en plus.

Au début, R. Silga offrait des prestations d'électricien à L. Charles qui fait de l'aménagement de conteneures. C'est par la suite que L. Charles, qu'il appelait affectueusement  autrefois "papa" lui a demandé de travailler à temps plein pour son entreprise. S'étant convenu sur un salaire de 300 000 francs cfa par mois, R. Silga a également demandé à ce que son équipe habituelle puisse toujours venir l'aider et ce moyennant leur prestation. Chose que L. Charles a accepté. Et tout allait bien jusqu'au bout de deux contrats où les affaires ayant ralenti, L. Charles propose à son employé de ne plus venir pour le moment vu qu'il n'y a plus de marché, d'ailleurs ce dernier dit vouloir partir en voyage même. Ainsi en juin 2019, R. Silga prend acte des propos de son patron et cesse de venir en attendant qu'il le recontacte.

«je ne comprenais pas pourquoi mon équipe avait été appelée et pas moi»

Mais quelques temps après de passage devant son lieu de travail, il aperçoit le véhicule de son patron garé. C'est là que cet électricien de son état va s'arrêter et essayer de comprendre la situation puisque son employeur est censé être absent. Mais quelle ne fût pas sa stupéfaction de voir son équipe qu'il avait formé travailler sur les lieux. Il essaie à cet effet de s'approcher de L. Charles pour comprendre la situation. «je l'ai salué et je lui ai dit que j'étais de passage dans la zone, mais je ne comprenais pas pourquoi mon équipe avait été appelée et pas moi, je l'ai même supplier à genoux de me dire si j'avais fait quelque chose de mal», raconte R. Silga devant le Tribunal. Ce à quoi il lui répond que "sa bouche est trop salée" et que de le laisser tranquille. Par la suite, R. Silga sera accusé de vol par son employeur qui dit après avoir voulu faire l'inventaire de son stock s'est aperçu qu'il n'avait plus du tout de câbles électriques. Des câbles électriques dont l'approvisionnement était assuré par R. Silga qui ne se reconnaît pas du tout dans ces faits qu'on lui reproche. Pour l'heure, R. Silva dit réclamer ses arriérés de salaire de 2 mois et ses indemnités de licenciement. Le délibéré est prévu pour le 22 septembre 2020.

Image illustrative

Flora T

Pour vos commentaires, éviter, tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée .

Ajouter un commentaire

Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

3 + 7 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.

Les trois dernières publications