Un usager dérape et tombe sous la roue d'un camion, l'assurance n'y peut rien...

Soumis par Redaction le mar 22/11/2022 - 06:51
'z(r

Tapsoba R. a été traduit en justice le lundi 21 novembre 2022 pour répondre de faits d'homicide involontaire. Les faits se sont passés en l'an 2021, et plusieurs mois après, il est cité à comparaître. La famille de la victime était représentée par le père, sieur S. Dalla.

 

Selon les faits, ce jour-là, Tapsoba, qui conduisait un camion-benne, était stationné à un feu tricolore et attendait le vert. Sitôt que c'est fait, il veut continuer sa route, mais est attiré par des cris d'usagers et de badauds. Ceux-ci lui disaient de faire marche-arrière. Ce qu'il fait, puis descend de son camion pour savoir de quoi il s'agit. Il constate alors qu'il est monté sans le savoir sur un homme qui gisait sous sa roue arrière droite. Les secours sont aussitôt appelés, puis l'homme est conduit à un hôpital où il succombe plus tard suite à ses blessures.

 

Cet accident est assez obsolète, dans la mesure où certains usagers ont expliqué que la victime était en compagnie d'un autre, qui a pu dépasser le camion et l'attendait après le feu. Et celui-ci, en voulant rejoindre son compagnon, a dérapé sur le rebord de la voie, étant donné qu'il était sur le bas-côté et voulait emprunter le goudron. Sauf qu'il va tomber sous la roue arrière du camion, sans que le chauffeur ne se doute pas de quelque chose et a donc démarré dès que le feu était au vert.

 

 

La famille de la victime, selon le père, s'est ensuite rendu chez l'assureur du camion, mais n'a pas eu gain de cause. D'où donc cette procédure, car le mort laisse derrière lui une femme et 04 enfants. Il estime une contribution pour subvenir aux besoins pressant de la famille, en attendant que les choses s'arrangent, car lui-même est chauffeur, mais ne travaille plus pour raison de santé.

 

Le Tribunal lui demande alors combien il veut, mais il ne peut donner de montant. Le président lui demande encore si toutefois la somme que doit verser l'assurance l'arrangerait, et il dit s'en tenir à cela. L'on lui explique ensuite les pièces à fournir, pour la suite de la procédure.

 

Pour le procureur, le prévenu n'est pas coupable, car il ne pouvait pas savoir qu'il y avait quelqu'un sous sa roue arrière. Il déplore ce malheureux drame, et requiert cependant que le prévenu soit condamné à une peine de prison de 06 mois et une amende de 500 000 FCFA avec sursis.

 

L'avocat de Tapsoba vient ensuite expliquer que si les démarches auprès de l'assurance ont échoué, c'est que l'agence a jugé que ce n'est pas le chauffeur qui a causé l'accident, mais c'est le défunt qui s'y est retrouvé par sa propre faute. Il déplore aussi cet incident, tout en présentant ses condoléances à la famille éplorée, et demande que même s'il y a une condamnation, que Tapsoba bénéficie au moins du sursis. Le délibéré est pour le 23 janvier 2023.

Image illustrative

P.ILBOUDO

Zoodomail.com

Pour vos commentaires, éviter, tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée .

Ajouter un commentaire

Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

14 + 0 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.

Les trois dernières publications