Éducation

Crise à l’Unité de Formation et de Recherche en Science de la Santé (UFR / SDS) : la corporation ANEB dénonce un bâclage de...

Soumis par Redaction le mar 19/01/2021 - 23:03
xfgdh

La corporation ANEB (Association Nationale des Etudiants Burkinabè) de l’UFR / SDS de l’Université Joseph KI-ZERBO de Ouagadougou, a tenu le mardi 19 janvier 2021, à Ouagadougou, une conférence de presse qui a porté sur la crise qui prévaut à l’Unité de Formation et de Recherche en Science de la Santé (UFR / SDS) de l’Université Joseph KI-ZERBO.

Face aux journalistes, la corporation, à travers sa déclaration liminaire, présentée par son délégué général adjoint Soumaïla SESSOUMA, dénonce une crise débutée depuis la reprise des activités académiques en mai 2020, après le confinement lié à la COVID-19, et qui se manifeste sur le triple plan académique, hospitalier et social.

Des cours bâclés, des étudiants menacés de renvois

Pour ce qui est du plan académique, la corporation dénonce une programmation intensive et soutenue des cours dans la plupart des promotions, une programmation accompagnée d’une réduction drastique des volumes horaires. Sur ce point sur la réduction des horaires, il a été souligné par la corporation, en exemple, que le cours de biochimie, en 3e année de médecine est passé de 40h à 20h de cours. A côté de cet exemple, de nombreux autres manquements ont été révélés tel que la non-exécution de certains cours, un bâclage des Travaux Dirigés(TD) et Travaux Pratiques(TP). Le plus grave selon la corporation reste la décision de l’administration de faire composer la session normale des semestres impairs, sous forme d’examens en deux jours pour la plupart des promotions. Une décision qui ne sera pas respectée par les étudiants, vu le peu de temps qui leur était imparti. Ce non refus sera sanctionné par l’administration qui décide d’attribuer des zéros pour les semestres 1 et 3, à 06 promotions. Des zéros qui, selon la corporation, viennent « hypothéquer l’avenir de plus de 1400 étudiants ».

Pour Soumaïla SESSOUMA, Délégué Général de la corporation, c’est une volonté manifeste de l’administration de chasser les étudiants, dit-il « C’est la volonté manifeste de l’administration de chasser les étudiants hors de l’UFR. 1403 étudiants avec 07 zéros par étudiants. Ces étudiants peuvent s’attendre à redoubler, et s’ils redoublent, ceux qui avaient déjà redoublés vont tomber dans la dérogation, et si l’administration ne leur accorde pas une faveur, cela voudrait dire qu’ils vont quitter l’UFR » Soumaïla SESSOUMA.

A côté du volet académique, se trouve celui hospitalier où la corporation dénonce une réduction de la durée des stages, allant de de 11 à 06 mois, une réduction du nombre de jour de stage par semaine qui qui est passé de 05 à 02 en 4ème année médecine, un faible encadrement voire une absence d’encadrement sur les sites.

 « L’administration qui doit faire la vaccination de ces stagiaires refuse de les vacciner » Soumaïla SESSOUMA

Sur le plan social, les conditions des étudiants sont loin d’être meilleure, selon la corporation. Selon son Délégué Général, les étudiants stagiaires sont en première ligne sur la prise en charge des malades et sont exposés, « Ce sont les étudiants qui qui reçoivent les patients et les administres les premiers soins » affirme-t-il, mais ces étudiants n’ont aucune couverture sanitaire selon lui, « il y’a des textes qui prévoient que chaque étudiant en début d’année a droit à une visite médicale avant d’aller sur le terrain de stage, s’il tombe malade, on le prend en charge s’il tombe malade. Mais l’administration qui doit faire la vaccination de ces stagiaires refuse de les vacciner, et ils ne sont pas pris en charges quand ils sont malades, les étudiants stagiaires sont laissés à eux-mêmes » Soumaïla SESSSOUMA.

  Des indemnités de stages non payés, une grève et une marche en vue

La corporation évoque également une irrégularité du paiement des indemnités de stage. Ce sont des frais qui accompagnent pourtant les étudiants dans leur stage. Selon le Délégué Général de la corporation, « Quand l’étudiant fait un stage, il est prévu des frais pour l’accompagner dans l’exécution de ce stage, et nous sommes le 18 janvier 2020 et il y a des arriérés de l’année académique 2018-2019. Certains attendent toujours le paiement du mois de novembre 2020 » Soumaïla SESSOUMA.

Ils évoquent également le refus du CIOSPB de renouveler la bourse de certains étudiants en année de thèse en médecine et en pharmacie, au motif que ces étudiants n’ont plus droit à la bourse. Mais selon la corporation, ces étudiants ont tous leurs droits puisque selon le Délégué Général, « le CIOSPB considère qu’un étudiant ayant redoublé au 1er et au 2nd cycle n’a plus droit à la bourse quand il est en année de thèse, alors que l’article 47 du décret qui régit les bourses, dit que l’étudiant peu redoubler une fois par cycle et toujours conserver sa bourse. Ils sont donc dans leur droit si on s’en tient à cet article » a-t-il laissé entendre. La corporation dénonce aussi des raquettes, de l’argent indument payé par les étudiants pour avoir accès aux Travaux Pratiques (TP).

La corporation ANEB de l’UFR / SDS, face à ces différents problèmes, la corporation décrète un mot d’ordre de grève de 72h le Mardi 19 janvier le Mercredi 20 et le vendredi 22, et une marche sur le ministère des enseignements supérieurs, de la recherche scientifique et de l’innovation le vendredi 22 janvier 2021.

  Alphonse SININI (Stagiaire)

Pour vos commentaires, éviter, tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée .

Ajouter un commentaire

Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

15 + 5 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.

Les trois dernières publications