International

CGECY Academy 2019 : Le Président du Rwanda, Paul Kagamé reçoit le prix spécial des patronats d’Afrique de l’ouest

kk089

Le ‘’standing ovation’’ réclamé par le président de la CGECI, Jean-Marie Ackah, à l’endroit du Président du Rwanda, Paul Kagamé, invité d’honneur de la 8ème édition de la CGECI Academy, n’a pas été fortuit.

Ce ‘’grand ambassadeur" du secteur privé africain, ayant rebâti son pays le Rwanda en s’appuyant sur le secteur privé à travers l’amélioration du climat des affaires, a également le mérite d’avoir placé la jeunesse de son pays au cœur des priorités de l’employabilité.

Paul Kagamé, l’un des pionniers de la mise en place de la ZLECAF (Zone de libre-échange continental africaine), a vu ses efforts récompenser ce lundi 14 octobre, à Abidjan, par la Fédération des organisations patronales de l’Afrique de l’Ouest (FOPAO).

Au terme d’un panel de haut niveau ce lundi 14 octobre, au Sofitel Hôtel Ivoire d’Abidjan, à l’occasion l’ouverture des assises de la CGECY Academy 2019, le prix spécial de la Fédération des organisations patronales a été décerné au Président Kagamé.

« Au nom de tous les entrepreneurs africains, nous vous remettons le prix spécial des organisations patronales de l’Afrique de l’Ouest », a déclaré M. Jean-Marie Ackah. : « Environnement des affaires : Quel modèle à privilégier pour le développement des entreprises en Afrique ? »

Ce prix spécial lui a été remis par Jean Kacou Diagou, ex président de la Cgeci ivoirien) et président de la Fédération des organisations patronales de l’Afrique de l’Ouest (FOPAO).

Intervenant au cours du panel dont le thème est le suivant : « Environnement des affaires : Quel modèle à privilégier pour le développement des entreprises en Afrique ? » Paul Kagamé invite les africains à ne pas se laisser gagner par le découragement en matière d’innovation : « Ne soyez pas effrayés d’essayer ce qui est nouveau », a-t-il conseillé.

Selon le chef de l’Etat rwandais, les africains doivent croire en leurs potentiels et se dire capables, à l’instar des autres pays industrialisés d’être dotés de facultés pour transformer leur environnement et le continent.

En ce qui concerne le Rwanda, Paul Kagamé a souligné qu’il a fallu un « dialogue » entre le gouvernement et le secteur privé pour échanger sur les défis dans le but d’orienter les projets au profit des entreprises et des populations.

Pour sa part, le vice-président ivoirien a souligné qu'il faut considérer la globalisation comme une opportunité avec une approche novatrice. De ce fait, les entrepreneurs ne devraient pas avoir « peur d’aller au niveau régional » et sur le marché mondial.

D’autres panélistes, non des moindres, tels que le Vice-président, Daniel Kablan Duncan qui a indiqué que la Côte d'Ivoire envisage d’être un pays industrialisé en 2040 au plus tard, en enregistrant une croissance économique soutenue et de bonnes perspectives en 2019 et 2020.

Quant à Baïdy Agne, président du Conseil national du patronat du Sénégal, n’a pas tari d’éloges à l’endroit du président rwandais : « Vous êtes l’homme du moment, l’icône de l’Afrique, vous en êtes une fierté. En outre, il a fustigé le fait qu’en Afrique, les entreprises se créent en 24H et ne subsistent. Cela est dû aux lourdeurs administratives et à la pression fiscale.

Il y a dix mois de cela que le président rwandais, Paul Kagamé, en visite officielle à Abidjan, a été approché la Confédération générale des entreprises de Côte d'Ivoire (CGECI) pour partager l’expérience de son pays relative à la digitalisation et à l’amélioration des affaires.



JOB

Pour vos commentaires, éviter, tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée .

Ajouter un commentaire

Vérifions que vous n'êtes pas un robot

14 + 4 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.
sni long

Les trois dernières publications