Le Café

Djibril Bassolé retrouve ( son co-accusé) Guillaume Soro en France

hyyc

Souffrant d'un cancer du péritoine qui l'a affaibli, le général Djibril Bassolé, ex-ministre burkinabè des affaires étrangères à été évacué à Paris le mardi 28 janvier dernier. Après six mois de demandes répétées de ses proches qui ne cessaient d'alerter sur la dégradation de son état de santé, il a finalement obtenu le feu vert du procureur militaire avec l'accord des autorités du pays pour son évacuation en France afin de se soigner. Mais à la surprise générale, à peine arrive-t-il en hexagone que ce soldat condamné parà dix ans de prison ferme au Burkina Faso pour putsch marqué de 2015 s'étale dans la presse.Un peu comme s'il avait mis en avant, son désir de faire de la politique, au détriment de son état de santé. Il déclare dans les colonnes du journal ''Financial Afrik'' ''je prépare le procès en appel sur cette affaire de coup d'Etat dont on m'accuse injustement pour des raisons évidentes de calculs politiciens''. Du coup, des interrogations s'entrechoquent dans les esprits des Burkinabè et de toutes les personnes qui s'intéressent à cette affaire de coup d'Etat manqué au Burkina. Pourquoi, au lieu de se préoccuper de sa santé, réfléchir et prier pour recouvrer la bonne santé, cet homme de 62 ans qui a payé une caution de 30 millions de FCFA pour être autorisé à sortir du Burkina fait-il déjà des déclarations aux élans politiques? Voulait-il en réalité se retrouver hors du Burkina Faso pour se sentir libre et mener ses activités politiques ? A-t-il achevé ses soins pour qu'il s'autorise à s'investir à nouveau dans la politique ? Voici autant de questions que suscite sa sortie médiatique récente. De plus, Bassolé avait été accusé pour des écoutes téléphoniques avec l'ancien président de l'Assemblée nationale de côte d'Ivoire Guillaume Soro, qui est lui aussi en ce moment sur le sol français. D'où la crainte qui commence à naître tant au niveau des peuples Burkinabè qu'ivoiriens. Deux personnes accusées de putsch manqué, dont l'autre (Soro) est un ancien chef rebelle, accusé de surcroît le 26 décembre dernier de tentative d'atteinte à la sûreté de l'État de Côte d'Ivoire. Voici donc deux personnes accusées de putsch qui se retrouvent sur un même territoire. Qu'adviendra-t-il ? Bien malin qui répondra à cette interrogation. Vigilance donc !!! ''Un homme averti en vaut deux'' dit l'adage.

 

Bonne dégustation !!!

Zoodyinga

Pour vos commentaires, éviter, tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée .

Commentaires

Soumis par Lagitateur (non vérifié) le mar 04/02/2020 - 20:38

Permalien

En tout cas, on est en droit de craindre. Je na sais même pas pourquoi on a laissé partir ce monsieur. Il est vraiment dangeureux.

Ajouter un commentaire

Vérifions que vous n'êtes pas un robot

1 + 7 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.

Les trois dernières publications