LECHAT !

Nuit du Faso Dan Fani : tournez maintenant la page à l'amateurisme

sacd

Loin de vouloir jeter les fleurs aux membres du comité d'organisation de la Nuit du Faso Dan Fani à Paris qui s'est déroulée hier à l'espace Noisy-le-Sec, c'est la manifestation culturelle de la diaspora burkinabè la plus célèbre de nos jours.

En bénéficiant hier de la présence de la 1ère Dame épouse du Président du Faso, Sika Kabore, aux côtés du Patron de la Culture des Arts et Tourisme Abdoul Karim Sango, cette cérémonie a gagné l'estime de la Nation toute entière. Je me réserve de vous citer tous les éminents Hommes politiques qui n'ont pas hésité un seul instant, à s'afficher côte à côte avec leurs adversaires hier dans la salle.

L'objectif visé à travers la Nuit du Faso Dan Fani, c'est de faire perpétuer le pagne tissé Faso Dan Fani à l'Hexagone et bien au-delà. La forte participation des stylistes y est d'ailleurs significative. Cette année, il y aura eu une bonne brochette des stylistes non des moindres tels que: Ymar Mode, Soro Bis, Prince Dessutti, Mamy Sore, Salif C, Georges DE Baziri, ainsi que des créateurs venus du Mali (pays d'honneur) et de la Cote d'Ivoire.

Dans l'enveloppe ou la coquille de cet événement, tout est exemplaire : Ouverture vers des pays voisins, présence des stylistes de renom burkinabè et des artistes, standing de la salle acceptable, stands d'exposition présents, implication de l'ambassade du Burkina en France etc. Mais dans le contenu, son caractère amateur contraste avec la notoriété que cette cérémonie commence à avoir.

Rien qu'en jetant un coup d'œil d'entré de jeu, sur le visuel de l'affiche de la Nuit du Faso Dan Fani acte 5, cela laisse à désirer. Pourtant ce n'est pas l'expertise qui manque tant au Faso qu'en France. La sonorisation ne devrait plus être un casse-tête pour cette association. Tout comme la prestation des mannequins devrait exemplaire et professionnelle.

Une telle manifestation ne devrait plus tergiverser entre l'amateurisme et le professionnalisme. Quand on évoque surtout l'aspect art vestimentaire, la rigueur et le professionnalisme doivent être de mise. Pourquoi encore se retrouver en train de voir, des mannequins en herbe qui partagent le T avec les plus expérimentés? Aucun mannequin n'aura malheureusement mieux présenter ses nombreuses collections. Pour un tel événement qui se veut une référence en matière de mode à l'Occident, y mettre les moyens logistiques et techniques ne devrait plus être d'actualité. Peu importe ce refrain qui nous revient de la plupart des promoteurs d'événements: "Nous sommes à court d'argent".

Bien que l'argumentaire peut être vrai, vous ne pourrez jamais convaincre un invité lambda d'une telle soirée, que la Nuit du Faso Dan Fani acte 5, s'est déroulée au forceps. Avec la présence pour la première fois d'une première Dame hors du Faso, cela devrait davantage interpeller les organisateurs à casser leur tirelire. D'autant plus, qu'il se déroule dans la capitale mondiale de la mode.

Faire violence sur soi-même financièrement en construisant un excellent haut podium en T pour les stylistes et mannequins (cela éviterait la déambulation des spectateurs), se munir d'une sonorisation digne d'un événement de la capitale française et surtout faire rêver le plateau artistique ne devrait plus être un débat.

L'une des grosses déceptions fut la pauvreté du plateau musical. En dehors de Ousmane Ousmenez Cessouma et plus ou moins de Cisby, aucun artiste n'a pu arracher au public des applaudissements encore moins émoussé la salle. Une ambiance terne pour un public qui n'aura pas massivement répondu présent.

Les satisfactions majeures sont à mettre au compte des stylistes qui ont joué de la plus belle des manières leur partition. Tout comme au niveau des stands qui n'auront pas chômé. Bien au contraire. L'une des exposantes actives Habsatou Dicko très en vue lors de cette soirée, n'a pas caché sa satisfaction: " C'est la deuxième fois que je viens ici à Paris. Je suis satisfaite et c'est ma meilleure participation " affirme-t-elle. L'animation des jeunes hôtesses de cette soirée est a salué. De par leur dynamisme et leur enthousiasme et surtout magnifiquement bien vêtue, elles ont participé au rayonnement de cette soirée.

Le véritable cri de cœur que nous devons lancer au Burkina Faso, à travers cette manifestation, c'est l'unité des burkinabè. Dommage qu'une fois de plus, j'ai vivement ressenti avant, pendant et après cette édition, des actes et comportements qui ne nous honorent pas. Pendant que certains essayent de rassembler, d'autres organisent la division.

Tout n'est pas que escroquerie, détournement et méchanceté quand on organise un événement culturel. Il est parfois important de venir participer dans le débat en interne, que de chuchoter et de médire dans les coulisses.

Je ressorts néanmoins insatisfait de cette soirée parce que jusqu'à présent; le comité d'organisation n'a pas encore trouvé la formule qui dépassera ce cadre exclusivement burkinabè. La Nuit du Faso Dan Fani est d'abord panafricaine ensuite occidentale. Ce n'est pas un rassemblement de la communauté burkinabè. Pensez progressivement y inclure dans le comité d'organisation, d'autres expertises étrangères autour de la valorisation du Pagne Faso Dan Fani.

Une soirée qui s'est naturellement achevée par une "djandjo party" moderne avec encore malheureusement ce DJ qui a passé tout son temps à jouer 90% de la musique des autres. Pourtant la musique burkinabè possède maintenant un riche et immense répertoire.

LECHAT!

 

 

 

 

 

Pour vos commentaires, éviter, tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée .

Ajouter un commentaire

Vérifions que vous n'êtes pas un robot

3 + 10 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.
sni long

Les trois dernières publications