Opinions

Commémoration de la date de l’indépendance : Un appel à l’interdépendance

TH

L’historien salue les efforts des hommes et des femmes qui ont milité et qui ont œuvré pour l’accession à l’indépendance de la Haute-Volta, le 05 août 1960. Il y a certes des interrogations sur la manière d’obtenir l’indépendance et surtout sur ce que nous avons fait de notre liberté acquise. Dans la même lancée, il importe de s’interroger sur le sens profond de l’indépendance pour mieux en saisir le contenu et les exigences. Plus que des compétences du spécialiste du temps, il importe de se fier à l’intuition du coach, accompagnateur et animateur du changement, pour tenter de saisir le sens profond de l’indépendance.

Il faut associer à la notion d’indépendance la valeur cardinale de responsabilité. Une personne responsable est un être mâture qui peut jouir d’une liberté utile à elle-même et aux autres. La notion d’indépendance rappelle constamment celle de dépendance et invite à cultiver l’interdépendance. L’indépendance est une situation provisoire qui prépare le voyage vers l’interdépendance.

Pour mieux comprendre la signification de l’indépendance, il sied de l’illustrer par la situation de l’enfant au sein de la famille. De sa naissance à son âge adulte, il est sous la coupe des parents. Il dépend totalement des parents au cours des premières années de sa vie. Avec le temps, il gagne en autonomie. Il quitte la chambre des parents et se voit attribuer une chambre à l’intérieur de la villa familiale. A un certain âge, et selon les moyens, il obtient une maisonnette dans la cour familiale séparée de la villa principale. Il vit dans une « dépendance » car sa maisonnette dépend de la villa principale. Cette situation met en évidence les valeurs d’équité. L’enfant reçoit ce dont il a besoin pour son éducation, pour son développement physique, pour sa sécurité. Il comprend rapidement la différence des statuts et des rôles au sein de la famille. Sa chambre, et plus tard sa maisonnette, n’ont pas le même confort que celle des parents, les investisseurs et les maîtres de la maison. L’enfant qui se débrouille mieux réussit ses études et gagne un emploi. Il acquiert plus d’indépendance et peut même quitter la cour familiale. Il achète son lopin de terre et se construit une maison. Comme toute personne se disant indépendante, il se marie et entame une vie d’interdépendance. Il a l’occasion d’entendre le maire déclarer : « Les époux se doivent mutuellement respect, fidélité, secours, assistance ». Cet homme est-il véritablement indépendant de sa famille, de sa compagne et de la société ? Bien sûr que non. Il a le statut de vivre en tant que personne mâture et responsable dans une relation d’interdépendance. La présence des témoins en est l’illustration.

En s’inspirant de ce cheminement de l’enfant devenu adulte et responsable, les Etats, par leurs gouvernants, doivent également s’inscrire dans une logique de cultiver l’interdépendance de manière responsable. L’indépendance n’est qu’une période de transition dans le voyage vers l’interdépendance. En dehors des Etats faillis, ils sont rares à se réclamer indépendants car ils sont conscients que l’indépendance n’est qu’une étape pour établir des liens d’interdépendance avec le reste du monde. Il s’agit de découvrir son potentiel, de valoriser son avantage comparatif et de rentrer en relation avec les autres nations pour promouvoir la paix et la prospérité partagées. Le mariage entre deux indépendants donne naissance à deux êtres interdépendants. Plus que la liberté et l’égalité, l’interdépendance invite à cultiver la complémentarité et l’équité. La liberté et l’égalité ne sont que des moyens pour aspirer à l’interdépendance. La prise de conscience de son rôle complémentaire dans la relation est essentielle pour l’effectivité de l’interdépendance.

Tout comme les éléments du corps humain, les sujets du corps social, aux niveaux communautaire, national et international, vivent les lois de l’interdépendance dont la plus importante est celle du donné et du recevoir. Au-delà des textes et des conventions, c’est notre utilité sociale qui nous place au cœur des relations. Notre richesse intrinsèque, en tant qu’individu ou nation, est évaluée en fonction de notre apport au progrès général. S’inscrire dans une logique de revendication de nos droits sans se soucier de nos obligations, en tant qu’individu ou Etat, nous expose à nous retrouver à la marge. S’inscrire dans une logique de respect des autres en reconnaissant leur place et leur rôle et en agissant de manière responsable au bien-être commun permet de bâtir une société nationale et internationale interdépendante.

Il faut avoir à l’esprit que l’interdépendance nous impose de satisfaire trois niveaux d’intérêts. En tant que nation, nous devons œuvrer à satisfaire les intérêts de chaque citoyen, à assurer à chaque citoyen une existence digne. En tant que nation, nous devons œuvrer à satisfaire les intérêts nationaux que sont la sécurité, la prospérité et une image internationale digne. En tant que nation, nous devons collaborer pour l’atteinte des intérêts des autres nations, nos voisins proches et lointaines, pour garantir la paix et la sécurité internationales. Une équipe de football peut-elle gagner durablement sans se préoccuper des intérêts de chaque joueur pris individuellement, sans répondre aux attentes de l’équipe en tant qu’entité et sans apporter de la joie et de la satisfaction à la communauté des supporters ? Il y a une interdépendance naturelle entre l’équipe et ses joueurs et entre celle-ci et son environnement. Les meilleurs managers d’équipes sauront bâtir sur leur indépendance pour qu’émergent les forces de l’interdépendance. Le Burkina Faso est une équipe et nous devons, en tant que joueurs ou leaders, assumer notre part de promoteurs de l’interdépendance. Cela n’est possibles qu’avec des Burkinabè plus mâtures et plus responsables. Il faut faire de l’éthique de la responsabilité le point cardinal de notre action pour une véritable INTERDEPENDANCE.

Dr Poussi SAWADOGO

Historien – Communicateur

Coach – Formateur

Conseiller en formation de l’IACDI

Président de l’UACOACHS

Pour vos commentaires, éviter, tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée .

Ajouter un commentaire

Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

3 + 9 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.

Les trois dernières publications