Couvre-feu : la situation à Kaya

y65rb

Dans le cadre de la lutte contre la propagation de la maladie à coronavirus, des mesures ont été prises, dont l’instauration d’un couvre-feu de 19h à 5h du matin sur toute l’étendue du territoire national.Huit  jours après l’entrée en vigueur de cette mesure, le constat que nous avons fait dans la nuit du dimanche, 29 mars 2020 à Kaya est que le couvre-feu est respecté par la grande majorité des populations.

Trente minutes avant 19h, les voies de la ville de Kaya refusaient des usagers, tout le monde se précipitait pour rejoindre son domicile avant l’heure du couvre-feu. A  19 h 30mn, on ne rencontrait que certains citoyens munis de laissez-passer ou sortis pour d’autres raisons laissées à l’appréciation des Forces de défense et de sécurité. Avec une équipe de patrouille de la Gendarmerie, nous avons rencontré une première proie au secteur n 2 aux environs de 19 h 30mn. Il s’agit d’un homme sur sa motocyclette.  Après l’avoir interrogé sur la raison de sa présence dehors, avec son ordonnance médicale en main, la victime a déclaré : « c’est ma femme qui a accouchée ce soir et on m’a remis cette ordonnance d’aller payer un produit à la pharmacie, sinon je suis au courant du couvre-feu, mais comme c’est une question de santé, je n’avais pas d'autre choix ». Avec un motif valable, M. Issaka obtient la faveur des pandores.

Plus loin, au secteur 6, à côté de la ''gare STMB'', la présence des jeunes dans un grain de thé, aperçurent de loin les phares du véhicule de la patrouille. Ils abandonnent leurs chaises et deux téléphones portables devant une cour. La suite de notre parcours nocturne nous conduit au secteur n4 où nous avons trouvé un table-banc entouré de deux chaises devant une autre cour. Ils appartiennent à un père de famille et ses enfants qui se sont précipités à l’intérieur de leur cour en voyant les FDS venir. Apres l’avoir appelé, le responsable de la famille sort de la concession en culotte pour assumer ses responsabilités. La quarantaine  bien sonnée, il a reconnu son tort avant de promettre un respect strict des mesures prisent par les autorités du pays notamment le couvre -feu.   

 A 20 h 10 mn, sur l'avenue du conseil régional, après le monument du 11 décembre 2016, nous tombons sur une femme à moto qui portait son bébé au dos. «J’étais de garde à la pharmacie non loin du centre hospitalier régional, mais mon bébé ne se sent pas bien et on m’a donné la permission de rentrer. C’est la raison qui m’oblige à  circuler à 20 h, sinon je suis au courant du couvre-feu »,  justifie Mme Eveline Ouédraogo.

A 20h 30 mn, au secteur 5, non loin du CHR de Kaya, la patrouille surprend un agent de sécurité. Il s’agit d’un militaire avec une demoiselle sur sa moto. Voyant qu’il était un des leurs, ils ont retiré sa carte militaire avant de le laisser parti. Selon les agents de la patrouille, il répondra auprès de sa hiérarchie le lendemain.             

A 22h 06 mn, nous avons pris la route qui mène vers le commissariat central de police de Kaya où la patrouille de la gendarmerie a stoppé un conducteur d’un véhicule de service. Après présentation de son ordre de mission et son laissez-passer, Assane Tiendrebéogo, chauffeur du district sanitaire de Boussouma nous donne les raisons de sa présence dehors à l’heure du couvre-feu : « C'est vers 17 h que le médecin chef du district sanitaire de Boussouma m’a appelé dire qu’il y a un cas suspect de coronavirus à Korsimoro et il va faire un ordre de mission pour que je parte à Ouagadougou chercher des kits. A mon retour, il m’a dit de vernir à Kaya prendre un agent de santé afin qu’il vienne faire le prélèvement. J’apprécie le travail des FDS, depuis Ouagadougou, j’ai vu beaucoup de contrôle avant Kaya

Ainsi, il faut dire que dans l'ensemble le couvre-feux a été respecté à Kaya sauf quelques récalcitrants qui tentent de jouer au cache-cache avec les forces de defense et de sécurité.

Kaya, Issaka Sawadogo

Pour vos commentaires, éviter, tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée .

Ajouter un commentaire

Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

8 + 11 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.